Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : le corps d'un des deux pompiers disparus retrouvé à Carros

Publié le Mis à jour le

Le corps d'un des deux pompiers disparus à la Bollène-Vésubie lors de la tempête Alex a été identifié ce jeudi 8 octobre à Carros dans le fleuve Var ont indiqués les pompiers des Alpes-Maritimes. Son collègue, âgé de 31 ans, est toujours recherché.

L'information nous a été confirmée en milieu de journée par les pompiers des Alpes-Martimes. Le corps de l'un des pompiers disparus à la Bollène-Vésubie lors de la crue de la rivière à été identifié ce jeudi 8 octobre.

L'homme âgé de 45 ans, sapeur-pompier à la caserne de Cagnes-sur-Mer, a été retrouvé un jour plus tôt, le mercredi 7 octobre, à Carros dans le lit du fleuve Var, à plus de 80 kilomètres de l'endroit où il avait été emporté par les flots.

Le secouriste se trouvait avec son collègue sur une route de la commune de Roquebillière, dans la vallée de la Vésubie, pour mener des opérations de sauvetage lorsque leur véhicule a été emporté par une rivière déchaînée.Pour Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, cette découverte "est un choc, un traumatisme pour tout le corps départemental des sapeurs-pompiers des Alpes-Maritimes".

Après la découverte de cet homme, le bilan est désormais de six morts côté français suite aux intempéries liées à la tempête Alex. Dimanche 4 octobre, un premier corps avait été retrouvé à Saint-Martin-Vésubie. La journée de lundi 5 octobre avait déjà été dramatique, avec la découverte de trois victimes inanimées à Lantosque, Colomars et Saint-Martin-Vésubie. Un 5e corps a été retrouvé et identifié le lendemain dans la rivière Vésubie.



Six personnes restent portées disparues et 13 autres "supposées disparues". Ces intempéries ont également fait deux morts en Italie, dans le Val d'Aoste et dans le Piémont.

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité