Un procès de faux billets d'euros sur fond de mafias à Nice pendant deux semaines

Un ancien parrain de la camorra, un curé accusé d'accueillir dans son église des réunions de mafieux, au total 22 prévenus comparaissent depuis lundi pour trafic de faux billets, blanchiment ou proxénétisme aggravé. 

Les enquêteurs ont mis au jour un vaste trafic de faux billets sur la Côte d'Azur impliquants les mafias arméniennes, italienne et russophone. Deux Arméniens sont considérés comme les responsables de ce réseau. Les faux billets, achetés en moyenne trois fois moins chers que leur vraie valeur, étaient écoulés, par le biais d'intermédiaires de la communauté arménienne de la Côte d'Azur. Certains suspects ont reconnu des transactions pouvant aller jusqu'à 30.000 euros. La police a même surpris certains protagonistes tentés d'écouler cet argent dans les casinos de la région. 

Train de vie 


Plusieurs prévenus étaient sans emploi, bénéficiaient d'aides sociales et avaient un train de vie largement supérieur à leurs revenus officiels (appartements luxueux ou voitures de grosses cylindrées). Des trafics de stupéfiants et de proxénétisme aggravé seront également évoqués à la barre.
Ce procès devait durer deux semaines.

Le rappel des faits avec Josette Sanna:
durée de la vidéo: 02 min 02
Nice: Procès faux billets 1er jour


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter