Une députée niçoise dénonce avoir été menacée de mort pour avoir réclamé l'annulation de la marche blanche pour Zied

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nisrine Manai .

Sur son compte Twitter, l’élue Les Républicains affiche des "messages haineux et menaces de morts" qu’elle aurait reçus après avoir demandé sur BFM l’annulation de la marche blanche pour Zied organisée ce dimanche à Nice.

"Vous ne m’empêcherez jamais de dire ce que je pense !". Sur son compte Twitter, Christelle D’Intorni, députée LR des Alpes-Maritimes, dénonce avoir été victime de "messages haineux et menaces de mort" après avoir demandé l’annulation de la marche blanche pour Zied, organisée ce dimanche à Nice. L'homme âgé de 24 ans a été tué par un tir de policier mercredi 7 septembre suite à un refus d’obtempérer.

Des captures d’écrans des messages reçus sur Instagram accompagnent le tweet de la députée. "Ne marche pas seule dans les rues de Nice", "Fais très attention à toi et à ce que tu fais et où tu mets les pieds avant que des vidéos porno de toi vont faire un buzz sur tous les réseaux", aurait-elle reçu dans sa boîte de messagerie.

Menacée après un passage à la télévision

Invitée ce jeudi 15 septembre par BFM Nice Côte d’Azur, l’élue suggérait aux autorités locales d’interdire la tenue de la marche blanche pour Zied. "Je pense que cette marche blanche va entraîner des débordements, il serait bien que les autorités locales puissent anticiper ce genre d'événements en refusant cette marche blanche", avait-elle déclaré à l’antenne.

Une demande que Christelle D’Intorni a de nouveau formulée à la fin de son tweet en interpellant le préfet des Alpes-Maritimes : "Je demande au @prefet06 d’interdire cette manifestation !", écrit cette dernière.

La manifestation maintenue sous un "dispositif adapté"

Contacté par notre rédaction, Benoît Huber, directeur de cabinet du préfet, a apporté son soutien à la députée. "Le préfet ne peut que condamner fermement ces menaces dont Madame D’Intorni a fait l’objet sur les réseaux sociaux, et assurer la députée de la mobilisation des enquêteurs pour identifier sous l'autorité du procureur de la République les auteurs de ces menaces qui sont inadmissibles envers un élu de la République", a-t-il fermement déclaré.

Le directeur du cabinet du préfet a également confirmé que "la manifestation avait fait l’objet d’une déclaration" et qu'elle se déroulera sous "un dispositif adapté". La marche blanche, organisée ce dimanche à 11 heures à partir du boulevard de la Madeleine, est donc maintenue.

Récupération de l'extrême droite

Les réactions ne se sont pas fait attendre. "Soutien à la député @C_dintorni, victime de menaces de mort pour s’être opposée à une marche blanche à #Nice06 pour Zied, mort suite à son refus d’obtempérer", a réagi Eric Ciotti, candidat à la présidence du parti LR.


L’affaire a également très vite été récupérée par l'extrême droite.

"Les 7 élus Retrouver Nice, voix de la droite et des patriotes et première force d'opposition au Conseil municipal, tiennent à apporter leur entier soutien à Christelle d'Intorni face à ceux qui considèrent que violer nos lois est normal et se prétendent d'éternelles victimes de notre pays", s’indigne le parti Retrouver Nice dirigé par Philippe Vardon, ex-responsable du bloc identitaire Nissa Rebela et ex-Rassemblement National.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité