Ce samedi 7 janvier, le calendrier était chargé pour les équipes azuréennes qui ont participé aux 32es de finale de la Coupe de France. On fait le point sur les résultats de cette journée de football qui a vu les éliminations de Nice et Monaco.

La plus vieille compétition hexagonale du ballon rond voyait ce samedi l'entrée en jeu des cadors de Ligue 1.

Pour ces 32es de finale, plusieurs clubs azuréens étaient engagés ce 7 janvier. Et certains clubs de l'élite ont tremblé face aux petits poucets. Le Hyères FC de Mourad Boudjellal n'a pas créé l'exploit, Nice est éliminé par un club de National et Monaco tombe face à Rodez. Les Olympiens et Grasse valident leur ticket pour les 16es de finale qui se joueront dans 15 jours, le week-end du 21 janvier. Il faudra attendre ce dimanche 8 janvier, 20 heures, pour connaitre les prochaines affiches de la Coupe de France. 

Grasse s'impose face aux Réunionnais du Tampon FC

S'il y avait bien un grand écart - géographique - réalisé aujourd'hui par les clubs azuréens, c'est du côté de Grasse qu'il s'est produit. Le stade de la Paoute, généralement habitué à une affluence de quelques centaines de spectateurs, a accueilli quelque 1800 personnes. Certains supporters du Tampon, qui évolue en division d'honneur de la Réunion, ont même parcouru 8700 kilomètres et effectué 11 heures de vol pour venir voir leurs joueurs.

Un seul but a été marqué par les joueurs grassois qui évoluent en National 2. C'est le défenseur de 26 ans, Youssef Gazzaoui, qui a repris de volée un ballon repoussé par le gardien réunionnais lors de la première offensive du Racing Club Pays de Grasse, deuxième de leur groupe en championnat.

Marseille, à 10, l'emporte contre Hyères

Les Olympiens se sont fait une frayeur face aux joueurs du Hyères FC. Les joueurs d'Igor Tudor se sont sortis de ce match piège grâce à Alexis Sanchez sur penalty (46e) et Bamba Dieng (71e), après l’expulsion en début de rencontre du défenseur Éric Bailly.

L'ancien Mancunien a effectué une grosse semelle sur un joueur varois. L'arbitre l'a immédiatement exclu, obligeant les Marseillais à évoluer à 10 dès la 15e minute de jeu. Un succès laborieux pour l'OM qui s'impose 2-0 à Martigues, sans son meneur de jeu, Dimitri Payet, resté sur le banc ce samedi. Un match diffusé sur l'antenne de France 3 qu'il est possible de revoir en replay.

L'ancien joueur des Red Devils a effectué un geste très dangereux sur un joueur varois. L'arbitre l'a immédiatement exclu, obligeant les Marseillais à évoluer à 10 dès la 15e minute de jeu. Un succès laborieux pour l'OM qui s'impose 2-0 à Martigues, sans son meneur de jeu, Dimitri Payet, resté sur le banc ce samedi. Un match diffusé sur l'antenne de France 3 qu'il est possible de revoir en replay.

Monaco rattrapé et dépassé par Rodez

Les joueurs du Rocher, actuels 5e de l'élite, ont fait parler la poudre ce samedi grâce à leur jeune milieu de 20 ans, Maghnes Akliouche, qui a bénéficié du travail côté droit de Geslon Martins pour placer une frappe puissante à la 23e minute.

L'international français Wissam Ben Yedder a inscrit son pion à la 37e en plaçant son ballon dans une cage dépourvue du gardien à ce moment de l'action. Il a ensuite fallu 5 minutes au 17e de Ligue 2 pour réduire la marque. Joseph Mendes marque de la tête juste avant la pause.

En seconde mi-temps, les tirs monégasques s'enchainent mais le gardien de Rodez, Sébastien Cibois, est impérial et repousse par exemple les assauts de Takumi Minamino ou de Maghnes Akliouche, encore lui.

L'AS Monaco détient alors les deux tiers de la possession de balle. On croyait le match plié mais Aymen Abdennour marque à la 80e en plaçant le ballon sous la barre, 2-2. De quoi offrir les prolongations à son club. Rodez surprend aux tirs au but, s'imposant 5 unités contre 4, le club auvergnat s'adjuge une place en 16es au stade Louis-II.

Nice au fond du Puy

Le projet Ineos promettait des grands soirs, mais les joueurs de Lucien Favre sont sortis par la petite porte face au Puy-en-Velay. Largement supérieurs sur le papier, l'OGC Nice a aligné notamment Schmeichel dans les cages, Dante et Todibo dans l'axe de la défense, Thuram, Lemina, Diop, Barkley et Pépé en pointe...

Pas de quoi faire chuter les joueurs de National, pourtant 16es de leur championnat. Un seul et unique but dès la 3e minute de Mohamed Ben Fredj a permis aux Auvergnats de tenir face au club qui était finaliste l'an passé. Un début de crise pour les Aiglons ? Pas impossible. Surtout qu'il occupe la 11e place de Ligue 1 et s'éloigne indiscutablement d'une première partie de tableau de Ligue 1, journée après journée.