"On va se battre pour ouvrir nos stations de ski à Noël", le président du département des Alpes-Maritimes veut y croire

Dans son allocution, le président de la République estime "impossible" l'ouverture des stations de sports d'hiver pendant les fêtes de fin d'année en raison des risques sanitaires. Le président du département Charles-Anges Ginesy espère qu'il reviendra sur ce "non" en demi teinte.

 
En haut des pistes d'Auron, il y a avait du monde ce 1er janvier 2020 !
En haut des pistes d'Auron, il y a avait du monde ce 1er janvier 2020 ! © Jean-Bernard Vitiello / France Télévisions
Dans les Alpes-Maritimes, en cette fin novembre, la neige n'est pas au rendez-vous. Pas encore. Les amateurs de sports de glisse attendent avec impatience d'aller à la montagne pour leurs loisirs. En cette période de Covid, les stations vont-elles ouvrir pour les fêtes ? Pas sûr. Le président de la République Emmanuel Macron, dans son allocution n'est pas très clair. L'épidémie de Covid-19 n'est pas jugulée. Il semble préférer une ouverture courant janvier, mais il n'a pas été catégorique.

Les stations préparent la saison

Et à la montagne, c'est à la fin novembre qu'on met en marche les canons à neige dans les stations. Un enneigement artificiel destiné à constituer une sous-couche qui permettra aux flocons tombés du ciel de tenir.  Depuis le début de la semaine, les canons sont en action dans les stations du Mercantour, le président du département Ginesy est clair.
 

On fait comme si on ouvrait, même si on ne nous y autorise pas, ce qui semble probable. Même si l'ouverture est reportée d'un mois, c'est maintenant avec les températures basses qu'on fabrique et qu'on travaille la neige, après c'est trop tard.

Charles-Ange Ginesy, président du Conseil départemental 06

L'incompréhension

Reste que l'élu espère bien infléchir la position du Président de la République, alors que dans les stations, les annulations tombent en cascade.
"Ce matin encore, explique t-il, j'assistais au conseil d'administration de l'association des maires des stations de montagne".
"Tous veulent l'ouverture à Noël, c'est ce qui était évoqué avec le Premier Ministre, nous avons fait des protocoles avancés, aboutis,  sur le respect des gestes barrières, la désinfection des perches, des cabines, l'achats de tests, nous sommes pris de court.
Tout a été étudié avec France Montagnes, en partenariat avec Domaines Skiables de France.
On va ferrailler pour ouvrir dès que possible !"

Protocole Sanitaire en station France Montagnes

Des tests achetés, le personnel embauché

Le département a commandé 50.000 tests antigéniques pour les stations. De quoi dépister tous les personnels en contact avec les visiteurs. Le personnel est de son côté déjà embauché. Dès le 16 novembre dernier, la ministre du Travail Elisabeth Borne avait incité les différents employeurs des stations de ski à embaucher des saisonniers, quitte à les mettre au chômage partiel si l'activité ne démarre pas. 
Au gouvernement qui aurait peur d'encombrer les services d'urgence suite à des accidents, Charles-Ange Ginesy répond que les cliniques sont vides. Il compte faire des propositions pour rassurer les services de l'Etat. Comme Renaud Muselier, président de région Paca, il demande l'ouverture le plus vite possible.
  Idem pour Christian Estrosi, maire de Nice et patron de la Métropole.
Dans les Alpes-Maritimes, le ski, en chiffres, ce sont 5 000 emplois, et un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros. La période des fêtes de fin d'année représente entre 20 et 25% du chiffre d'affaires" des stations.
C'est dire l'enjeu d'une ouverture rapide. Pour le président du département, une chose est certaine : ceux qui veulent skier et qui ne pourront pas le faire iront dans des pays où cela sera possible, comme la Suisse par exemple.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme montagne nature coronavirus/covid-19 santé société