SIDA : 800 personnes testées chaque mois dans les Alpes-Maritimes grâce à l'opération pilote "au labo sans ordo"

Lancée le 1er juillet 2019 dans les Alpes-Maritimes, département pilote avec Paris, l'opération "au labo sans ordo" a permis à 5000 personnes sur six mois de faire un test VIH gratuit et sans ordonnance dans un laboratoire privé. Interrompue pour cause de Covid, l'expérimentation sera prolongée.

Vous avez une carte Vitale, vous ne savez pas si vous êtes positif au VIH ? Depuis le 1er juillet 2019, plus besoin d'aller chez votre généraliste pour se faire prescrire le test ou d'aller dans un centre de dépistage. Dans les Alpes-Maritimes, département pilote avec Paris, direction un laboratoire d'analyses médicales privé (110 participent à l'opération). Vous demandez un VIH TEST, pas besoin d'ordonnance, pas d'avance de frais, une prise de sang et vous êtes fixé sur votre sérologie.

Dans les Alpes-Maritimes, de juillet à décembre 2019, 5000 personnes ont ainsi été dépistées, sois 800 par mois. 

 

8 personnes ont découvert qu'elles étaient séropositives, et ont été prises en charge par leur médecin ou à l'hôpital. Le taux de séropositivité est trois fois plus important qu'avec des tests prescrits. L'opération a rencontré son public. L'enquête menée dans ce cadre prouve que ce sont les personnes les plus exposées qui ont franchi le pas.   

Dr Pascal Pugliese, infectiologue au CHU de Nice, président du COREVIH

L'infectiologue précise que l'expérimentation a été interrompue avec l'épidémie de Covid-19. Il faut donc consolider les chiffres, l'opération "au labo sans ordo" est donc prolongée jusqu'en décembre 2020 avec à chaque fois un même message : pour casser la chaîne de transmission, les personnes à partenaires multiples doivent faire le test régulièrement ( tous les trois mois) pour une prise en charge médicale immédiate en cas de séropositivité. Il est aussi possible de faire des autotests à la maison avec le Trod, test rapide d'orientation diagnostique du VIH.

Il est réalisé à partir d'une goutte de sang prélevé au bout du doigt et le résultat est connu en 30 minutes. Il est en vente libre en pharmacie, les associations envoient ces tests gratuitement à domicile, à la demande.

4000 personnes infectées dans les Alpes-Maritimes

Dans les Alpes-Maritimes, 4000 personnes sont porteuses du VIH, moins d'une centaine de nouveaux cas est enregistrée chaque année.

La contamination a baissé de 40 % entre 2015 et 2018. C'est un chiffre spectaculaire dans les Alpes-Maritimes, le plus important de France (-7% au niveau national et -16% à Paris)

Erwann Le Ho, vice-président Corevih PACA est, président centre LGBT Côte d'Azur

Pour Erwann le Ho, comme pour le docteur Pascal Puglièse, la fin du VIH dans les Alpes-Maritimes, l'arrêt des contaminations à l'horizon 2030, c'est possible avec l'Objectif Sida Zéro.

On a tous les outils, précisent ces deux acteurs de la lutte contre le Sida, la prévention (les préservatifs et le médicament préventif PrEP) , de dépistage en cas de prise de risque, et le traitement (une trithérapie qui rend la charge virale dans l'organisme indétectable).

DrP. Puglièse et E. Le Ho

La ville de Nice a d'ailleurs fait son entrée dans "Fast Track Cities", un réseau mondial des villes les plus engagées contre le Sida fondé notamment par l’ONU.

PrEP pour tous

En 2015, la Prophylaxie pré-exposition (PrEP) a été autorisée par le ministère de la Santé. Il s'agit d'un médicament préventif, destiné aux personnes les plus exposées au virus. Cette "capote chimique" s'accompagne d'un suivi régulier de santé sexuelle ( test VIH et autres tous les trois mois).  
800 personnes bénéficient de la PrEP dans les Alpes-Maritimes,  c'est l’un des territoires, hors Ile de France, où le nombre de personnes bénéficiant de ce traitement est le plus élevé.

Le taux d'efficacité est supérieur au préservatif, la PrEP est surtout administrée aux homosexuels, ou aux bisexuels, il faut l'étendre aux femmes, aux prostituées, aux migrants, aux populations particulièrement exposées

Erwann le Ho, président centre LGBT Côte d'Azur

Ce traitement devrait-être prochainement prescrit par les médecins généralistes, conclut le docteur Pascal Puglièse. Un pas de plus pour éradiquer le Sida, qui fait des ravages dans le monde depuis plus de 30 ans. En 2018, 37,9 millions de personnes vivaient avec le VIH sur la planète. Les nouvelles contaminations restent nombreuses : 1,7 million de personnes se sont, encore, contaminées au VIH chaque année.

Plus d'infos
► Sida info service ►https://www.sida-info-service.org/comment-faire-un-test-du-vih/
► Quand faire un test ? ► https://www.sida-info-service.org/quand-faut-il-faire-un-test/
► Ameli ► https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vih/depistage
► Objectif sida zéro. ► https://www.objectifsidazero.org/
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sida santé société