Tempête Alex : "nous avons été inconscients, mais il fallait le faire", un habitant de Casterino raconte son périple

Jean-Pierre Camille Cauvin  et sa femme Patricia habitent à Casterino, un hameau de Tende dans la vallée de la Roya. Après le passage de la tempête Alex, ils ont décidé de passer par la route des Forts pour rejoindre l'Italie. Un parcours risqué, mais ils estiment qu'ils n'avaient pas le choix.

Jean-Pierre Camille Cauvin et son épouse Patricia à Casterino, avant le le passage de la tempête Alex.
Jean-Pierre Camille Cauvin et son épouse Patricia à Casterino, avant le le passage de la tempête Alex. © Jean-Pierre Camille Cauvin
"La tempête a été qualifiée d'explosive mais c'est le mot ! Il y avait tellement de pluie qu'on entendait comme des explosions."
Il est 22 heures ce vendredi 2 octobre. Jean-Pierre Camille Cauvin, 77 ans, sa femme Patricia et leur chat sont dans leur chalet de Casterino, un hameau de la vallée de la Roya, situé sur la commune de Tende
Le chalet tremble, et  ils se retrouvent dans le noir. Il n'y a plus d'eau, plus d'électricité, plus de réseau de communication. Voilà 21 ans que ce couple de retraités qui habite à Monaco passe plusieurs mois à Casterino, notamment pendant l'automne, période où il fait beau, et où l'on trouve des champignons. Mais en ce début d'octobre, ils se retrouvent coupés du monde.

On avait des lampes à pétrole et un vieux poêle à mazout, ça nous a permis d'avoir un peu de chaleur car la nuit, il fait 0 degré...

Jean-Pierre Camille Cauvin

 Une nuit sans sommeil pendant que la tempête Alex détruit tout sur son passage... Le cimetière est emporté, les routes détruites, les ponts aussi excepté le pont romain... 
Un pont aérien sera établi mais en attendant, Jean-Pierre et Patricia boivent l'eau de pluie qui a rempli la brouette au plus fort des intempéries.

Les habitants solidaires

Et il y a cette entraide entre les habitants. Angelo tient l'auberge du Chamois d'Or et il a un groupe électrogène bien utile. 
Il n'oublie pas Salvino, un ouvrier italien qui travaille à Casterino. Il a ouvert le passage avec un tractopelle, et il a tout déblayé à flanc de montagne. Des personnes sont venues d'Italie avec des vélos électriques ! Pour Jean-Pierre, impossible de laisser son véhicule à Casterino, il savait qu'en la laissant sur place, il en serait privé pendant de longs mois.
 
"On est parti le mardi avec le chat dans notre 4X4 direction Limonetto la veille de la transhumance des bergers. On a pris la route des Forts, en fait c'est une piste et  c'est très dangereux après la pluie, il n'y a pas de parapet si tu glisses c'est terminé. On avait peur de s'embourber. Quand on est arrivé en Italie,  Limone, c'était un torrent. On a mis plus d'une heure et demi. S'il avait neigé on était foutu".
 

On a été inconscient. Mais il fallait le faire

Jean-Pierre Camille Cauvin

Jean-Pierre précise qu'avant le départ vers l'Italie, il savait ce qui se passait. Des personnes disparues, des drames.... Des réunions étaient organisées chez un hôtelier, et il avait été décidé un convoi pour les bergers et leurs animaux. Le couple a décidé de partir la veille.

Retour au chalet pas avant un long moment

Jean-Pierre Camille Cauvain, sain et sauf avec sa femme Patricia.
Jean-Pierre Camille Cauvain, sain et sauf avec sa femme Patricia. © Jean-Pierre Camille Cauvain

Désormais, Jean-Pierre et Patricia sont à Monaco. Quand pourront-ils revenir à Casterino ? Ils n'en ont pas la moindre idée. Mais une certitude 

On a eu beaucoup de chance. Cela aurait pu être dramatique...

Jean-Pierre Camille Cauvain

Une chance que n'ont pas eue d'autres personnes.
La tempête Alex a fait au moins 5 morts et 7 personnes portées disparues dans les Alpes-Maritimes.  13 autres n'ont toujours pas donné de nouvelles à leurs proches et sont supposées disparues. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo