Vallée de la Roya : pas de train sur la ligne Nice Tende pendant 16 mois pour cause de travaux

Il y a eu la tempête Alex qui a ravagé la vallée, puis l'ouverture du tunnel de Tende sans cesse repoussée. Cette fois, c'est la ligne SNCF qui sera en travaux à compter du 4 septembre prochain et jusqu'au 14 décembre 2025. Forcément, cela fait grincer les dents !

Bien sûr, la SNCF prévoira un transport de substitution. Et ce sera le bus qui assurera pendant la durée des travaux le transport des passagers entre Tende et Nice, via Sospel, Breil-sur-Roya, Saorge et la Brigue. Car pendant 16 mois, du 4 septembre 2024 au 14 décembre 2025, ne comptez pas monter dans un train dans l'une de ces gares, il n'y en aura pas. 

Laurence Sarfati, du Comité franco-italien pour la défense et le développement de la ligne ferroviaire, ne décolère pas. 

"On n'est pas dans la même capacité. Le bus est un moyen de transport qui est discriminatoire alors que le train est un moyen de transport qui est inclusif. N'importe qui peut prendre le train que vous soyez en fauteuil roulant, que vous ayez beaucoup de vélos, de bagages, de chiens, de famille etc..."

Laurence Sarfati du Comité franco-italien pour la défense et le développement de la ligne ferroviaire

à France 3 Côte d'Azur

Habitants et commerçants pénalisés

Le maire de Breil-sur-Roya, Sébastien Olharan, veut être honnête. Des travaux devaient être réalisés depuis longtemps sur la ligne et il est satisfait qu'ils soient bientôt engagés. Reste que le prix à payer pour les habitants de la vallée et les commerçants risque d'être lourd. Ces derniers redoutent un désastre économique. Il y aura moins de visiteurs, c'est une certitude. 

Karine Linard a ouvert voilà un an un magasin de traiteur, elle y vend des plats confectionnés tous les jours. Elle ne cache pas son inquiétude.

"Ça va quand même arrêter beaucoup de monde et décourager beaucoup de gens de monter nous voir parce que les transports seront trop difficiles. Il va falloir plusieurs billets différents, ça va être un casse-tête sans nom !"

Karine Linard, commerçante

à France 3 Côte d'Azur

Le sort s'acharne pour certains ...

Après la tempête Alex qui a isolé la vallée pendant de longs mois, après l'ouverture du tunnel de Tende qui tourne à l'Arlésienne, voilà donc un nouveau coup dur pour les habitants qui devront prendre le bus, soit un trajet beaucoup plus long que le train.

La région PACA est le principal financeur des travaux d'un montant de 78 millions d'euros. Un investissement nécessaire pour le confortement de la voûte des tunnels de Braus et du Mont-Grazian, le confortement de 12 ouvrages en terre, le remplacement du pont-rail du Calvaire (Drap-Cantaron) sans oublier le renouvellement des voies sur certains points de la ligne.

    Interrompre complètement le trafic est moins coûteux et plus rapide. Mais l'inquiétude de tous est compréhensible pour la Région qui se veut rassurante.

    "Pendant ces 15 mois et demi de travaux, nous ferons tout pour que le service d'acheminement dans un sens comme dans un autre soit le plus adapté. Il le sera moins que la ligne ferroviaire quand elle aura été rénovée, mais nous nous sommes engagés à ce que ce service soit le plus performant possible."

    Jean-Pierre Serrus, vice-président de la région PACA en charge des transports et de la mobilité durable

    à France 3 Côte d'Azur

    Le train de la Roya est un train touristique mais il est aussi un TER et de nombreuses personnes l'utilisent pour se rendre au travail ou au lycée. Il faudra être patient, c'est sûr, pendant plus d'un an avant de retrouver une ligne flambant neuve.

    L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    choisir une région
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité