A Vence, la ville propose des cours de self défense pour les femmes

C'est une première : la commune de Vence propose des cours gratuits pour les femmes qui se sentent en insécurité ou qui ont été agressées, quelles qu'en soient les circonstances, et qui veulent se doter d'outils de défense. 
Se défendre, pour se protéger...
Se défendre, pour se protéger... © Ville de Vence
Avoir conscience de son environnement, respirer, regarder d'éventuels agresseurs, les garder dans son champ de vision, n'être jamais de dos et maîtriser sa peur...
Pour le premier cours ce mardi à Vence, elles ne sont que trois, deux personnes se sont décommandées. 
Ces femmes ont été victimes de violences, soit à la maison, soit sur la voie publique, elles ont peur et veulent être en capacité de réagir. Cela tombe bien, le cours de self défense est fait pour ça !
 

J'ai été agressée à Bruxelles, j'ai très vite été dominée par la peur, ça entraîne très souvent la tétanie et avec la tétanie, vous ne bougez plus, vous vous faites massacrer

Une participante à France Bleu Azur

Autre témoignage :

C'est mon expérience, si quelqu'un m'agresse je n'ai pas la réponse en fait, je ne sais pas quoi faire

Une participante à France Bleu Azur

Jessy Thao prend son temps.
 
Jessy Thao pratique les arts martiaux depuis 20 ans et apprend aux femmes à prendre conscience de leur force.
Jessy Thao pratique les arts martiaux depuis 20 ans et apprend aux femmes à prendre conscience de leur force. © Jessy Thao

Cette spécialiste des arts martiaux est aux commandes pour leur donner des outils.
Première étape : les femmes doivent retrouver leur combativité, leur intégrité, reprendre confiance dans leur force. 
 

Le cours est articulé sur un apprentissage postural, le regard, l'attitude, la voix. Puis on travaille sur comment garder une personne à distance, comment éviter la confrontation. Enfin, face à l'agression, il y a des techniques. Il y a aussi des prises de parole, l'expression des émotions qui permet de se libérer d'une expérience vécue auparavant.

Jessy Thao


Comment se libérer si on est contre un mur, comment porter un coup si c'est la seule façon de se défendre, tout cela s'apprend, il faut juste un peu de temps et c'est un travail à long terme.
 

Des gestes qui sauvent

Le cours du mardi (de 11h à 12h30 à la maison de la vie vençoise) est ouvert aux femmes de 18 à 70 ans, qui ne travaillent pas ou qui sont sans emploi sur une période de trois mois. Un autre devrait être proposé le soir, pour celles qui travaillent.
Le protocole sanitaire impose un groupe de 10 personnes, pas plus. Le cours de mardi prochain s'annonce d'ores et déjà complet et il est indispensable de s'inscrire par mail (aperillat@ville-vence.fr) pour être sûre de participer ! 
Audrey Perillat travaille au pôle éducation, réussite et avenir, de la ville de Vence, un département qui comprend la mission sécurité et prévention de la délinquance. Elle espère bien que l'information fera boule de neige auprès de toutes les associations partenaires.

Notre objectif, c'est de faire en sorte que les femmes qui ont vécu des violences ou des agressions aient une prise de conscience. Elles ne doivent pas vivre dans la peur et ça, c'est de la prévention, de l'accompagnement.

Audrey Perillat, ville de Vence

Les cours sont financés par l'Etat, via un fond interministériel de prévention de la délinquance et ils rentrent dans le cadre de l'accompagnement des victimes (familiales, sexuelles, agression de rue etc.)
Savoir se protéger, ça sécurise ! C'est le but du dispositif !
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide société femmes sport