Voiture emportée par les eaux, logement inondé, quels sont les réflexes à avoir en cas d'inondations

Ces dernières années, le département des Alpes-Maritimes est particulièrement touché par des inondations. Quelle attitude adopter quand on en est victime ou que l'on est pris dans un cours d'eau avec sa voiture ? On vous détaille le comportement à avoir pour éviter d'être pris au piège.

C'est une vidéo très didactique que l'émission "Le monde de Jamy" diffusée sur France 3 a publié dimanche dernier sur les réseaux sociaux.

"Si la voiture est emportée, [...] il est impossible d'ouvrir la portière", explique Jamy Gourmaud, l'animateur de l'émission. "La pression de l'eau sur celle-ci est supérieure à celle de l'air à l'intérieur de la voiture. Cette différence de pression empêche d'ouvrir la porte."

Cette vidéo détaille les réflexes à avoir si on est pris au piège dans une voiture emportée par une rivière en crue par exemple. Ils sont au nombre de cinq :

  1. Baisser les vitres et allumer les feux ou les warnings.
  2. S'il n'y a plus de courant électrique ou qu'il n'est pas possible d'ouvrir la fenêtre, la briser dans un coin au moyen, par exemple, de son appui-tête.
  3. Enlever la ceinture.
  4. Sortir la tête en premier et s'asseoir sur la portière.
  5. Grimper sur le toit du véhicule et appeler les secours.

Les sapeurs-pompiers recommandent également de s'équiper d'un petit brise-vitres "vendu moins de 10 euros" et comportant un coupe-ceinture.

Prévention des inondations

"Si on est enfermé dans une voiture avec de l'eau qui monte, il faut arriver à s'échapper avant qu'elle ne coule", pointe la Capitaine Caroline Debuissy, une pompier professionnelle du Grouprement fonctionnel citoyenneté du SDIS 06. "Mais nous, nous axons nos messages sur la prévention pour éviter cela. Si on se retrouve dans cette situation, c'est qu'il y a eu un loupé quelque part avant."

Et pour cela, quelques règles de bon sens : s'informer, être attentif aux alertes météo et aux consignes de la préfecture ou de la mairie, ne pas prendre son véhicule en cas d'alerte inondation. "Si la voiture est en sous-sol, on la met sur un point haut. Pareil pour les produits toxiques. Pendant l'inondation, il faut monter dans les étages pour se protéger. Si les autorités disent d'évacuer, on évacue."

Si on écoute vraiment les alertes météo et les consignes des autorités, dans 99% des cas, on est protégé.

Caroline Debuissy

Sapeur-pompier

Autre conseil à donner : prévoir tous les scenarios possibles. Le ministère de l'Intérieur et la Sécurité civile ont mis en ligne un petit fascicule résumant le "Plan familial de mis en sécurité", c'est-à-dire les choses à faire et celles à ne pas faire.

Sac de fuite et stocks de nourriture

L'idéal, c'est d'avoir, chez soi à porter de main, un "sac de fuite" en cas d'évacuation. Dans ce sac, y mettre tout le nécessaire pour tenir 3 jours avec sa famille : de quoi boire, les principaux papiers d'identité et d'assurance, de l'argent, une brosse à dents, des vêtements de rechange, une radio sur piles, un jeu de cartes, son traitement médical, le doudou du petit dernier...

En attendant d'être évacué, il faut pouvoir "avoir de quoi tenir pendant 7 jours", poursuit Caroline Debuissy, avec un stock de nourriture et de vêtements, des piles pour une lampe de poche, un petit chargeur solaire pour son téléphone portable...

Au-delà d'assurer sa propre survie, ces gestes d'anticipation permettent aussi d'assurer la survie des autres.

Pendant la tempête Alex, de nombreux ponts aériens ont été mis en place pour ravitailler en nourriture et objets de premiers secours les populations sinistrées. Avoir chez soi des stocks de nourriture et de vêtements, des piles, une radio ou encore un sac de fuite, "c'est un amortisseur de crise", conclut la sapeur-pompier azuréenne, car cela permet d'orienter les premiers transports d'urgence sur d'autres domaines.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo pompiers faits divers