REPLAY – Réchauffement climatique : comment nos petits-enfants vivront-ils en Méditerranée en 2100 ?

Selon le GIEC, la Méditerranée est l’une des régions qui se réchauffent le plus vite. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’impact est déjà très concret. A quoi faut-il s’attendre dans un proche avenir ? Alors que la COP26 vient de s’achever, état des lieux et perspectives dans un documentaire édifiant.

La Méditerranée est aujourd’hui un hot spot du changement climatique, l’une des régions du monde les plus touchées par le réchauffement.

Depuis les années 1970, la planète s’est déjà réchauffée de 1,1 degré mais en Méditerranée l’augmentation de la température moyenne a dépassé 1,5 degré. Elle devrait atteindre 3 degrés d’ici la fin du siècle, voire 5 degrés selon le scénario pessimiste des experts du GIEC…

Alors que le réchauffement climatique s’accélère depuis les années 2000, le sud de la France est un laboratoire à ciel ouvert du climat de demain. De la Côte d’Azur aux Bouches-du-Rhône et jusque dans les Alpes, les changements annoncés se font déjà sentir.

Voir le documentaire

Marquée ces dernières années par des phénomènes climatiques exceptionnels, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur concentre tous les risques. Elévation du niveau marin, tempêtes, précipitations intenses, sécheresse, feux de forêts… Les conséquences sont déjà très concrètes, parfois tragiques, et il faut s’attendre à une intensification dans les décennies à venir.

Alors, dans quelles conditions nos petits-enfants vivront-ils en Méditerranée en 2100 ?  

C’est la question qui sous-tend l’enquête de Marie-Anne Sorba et Jean-Marc Cazenave. Les deux réalisateurs sont allés à la rencontre d’experts, de chercheurs, d’observateurs partout dans la région.

Riche en témoignages, extrêmement documenté, leur film donne à voir les mutations déjà à l’œuvre dans l’environnement méditerranéen, leur impact sur les activités humaines et la biodiversité, mais aussi les actions entreprises pour anticiper les risques et tenter de limiter les dégâts.

À travers les scénarios décrits par des scientifiques du CNRS, de l’INRAE ou de Météo France, ainsi que les observations d’acteurs de l’environnement, comme les agriculteurs ou les pêcheurs, il nous projette dans un avenir… tout proche.

Et l’on voit bien que le compte à rebours est déjà lancé. Du littoral aux glaciers alpins, en passant par les forêts et les cours d’eau, les scientifiques mesurent des changements rapides dans tous les écosystèmes.

"Même si maintenant on stoppait complètement toutes les émissions de gaz à effet de serre, la température ne redescendrait pas, elle va rester pendant plusieurs siècles à la même valeur que maintenant. On a quand même déjà enclenché des processus qu’on ne pourra pas stopper" observe dans le film Joël Guiot, climatologue CNRS / Groupe régional d’experts climat Sud.

Première grande conséquence de ce réchauffement : l’augmentation du niveau de la mer. Un phénomène déjà bien visible en Camargue. 

En l’espace d’un siècle, on a perdu 800 mètres de plage.

 Jean Jalbert, Centre de recherche La Tour du Valat

D’ici à 2100, océanologues et climatologues prévoient une élévation d’un mètre environ ! Une hausse qui condamne à la submersion la Camargue et d’autres territoires.

Les pouvoirs publics et le Conservatoire du littoral cherchent des solutions d’adaptation mais tout le trait de côte sera inexorablement modifié. A Marseille, Toulon et Nice, où vivent 80% des habitants de la région, le coût d’adaptation des infrastructures comme les routes, les aéroports, l’évacuation des eaux usées, sera colossal.

Le documentaire nous explique aussi comment le réchauffement de la mer est à l’origine de précipitations extrêmes et d’inondations catastrophiques, comme celles qui ont tragiquement frappé les Alpes-Maritimes en octobre 2020.

Le Rhône est également surveillé en raison des risques de crue liée à des épisodes méditerranéens plus intenses et plus fréquents à l’automne et au printemps.

Quant à la saison sèche, marquée par des canicules récurrentes, elle durera plus longtemps, augmentant d’autant le risque de feux de forêts dans les décennies à venir.

On sait qu’après les années 2050, une année de canicule comme 2003 deviendra la norme.

 Florence Vaysse, référente nationale feux de forêts Météo France

Au pied de la Sainte-Baume, les biologistes de l’INRAE, qui mesurent depuis plusieurs années la surmortalité des pins, prédisent des mutations profondes de la forêt méditerranéenne et s’interrogent sur la capacité des espèces à migrer vers le nord, tant le réchauffement climatique s’accélère.

Le film nous emmène aussi en montagne : l’augmentation moyenne des températures y sera encore plus sensible avec la raréfaction de la neige, du gel et la disparition programmée des glaciers alpins. Ainsi, dans le Parc national des Écrins, les glaciologues prédisent la disparition du Glacier Blanc, le plus haut de la région, dans moins de 30 ans...

En aval, l’eau manque déjà pour les troupeaux dans les alpages, remettant en cause le mode de vie ancestral des paysans de moyenne montagne.

Il va falloir qu’on s’adapte vite, parce que ça va beaucoup plus vite que ce qu’on imaginait.

 Anne-Marie Gros, agricultrice dans les Hautes-Alpes.

Montagne, forêts, mer… C’est tout l’environnement méditerranéen qui est en sursis, conclut le film. Et de nous interpeller : face à ces mutations du climat, qui n’ont jamais été aussi rapides dans notre histoire, sommes-nous capables de changer nos modes de vie ?

► Voir l'interview de la coréalisatrice Marie-Anne Sorba dans le 18.30 du 15 novembre.

"Méditerranée 2100, un climat en mutation"

Un film de 52’ de Marie-Anne Sorba et Jean-Marc Cazenave.
Une coproduction France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur / Fred Hilgemann Films.

Diffusions sur France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur le 15 novembre à 22h55 et le 16 novembre à 9h50.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réchauffement climatique météo inondations intempéries camargue nature environnement écologie documentaires la france en vrai à l'antenne vos rendez-vous