"Vous pratiquez un sport de montagne sous votre entière responsabilité" : message des gendarmes dans les stations de ski

Publié le Mis à jour le

La fermeture des remontées mécaniques des stations de ski au public n'arrête pas les amateurs de montagne ! Ski de randonnée, de fond, raquettes, vous étiez nombreux en station ce week-end. Les gendarmes du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne rappellent les bonnes pratiques.

Le ton est bienveillant, mais l'appel est à la prudence. Dans la station d'Auron dans les Alpes-Maritimes ce dimanche 13 décembre, deux gendarmes du PGHM, entendez Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne basés à Saint-Sauveur-sur-Tinée, ont fait le déplacement.

Premier constat : la neige est au rendez-vous, les amateurs de grand air aussi et rien ne les arrête. En cette période de Covid-19, alors que nous somme toujours confinés, certains grimpent en raquettes pour dévaler ensuite les pistes, d'autres se promènent et font des randonnées !

Dans toutes les stations du pays, les remontées mécaniques ne sont réservées qu'aux mineurs licenciés au sein d'une association sportive affiliée à la Fédération de ski, et aux sportifs de haut niveau, professionnels et en formation.

Tous les autres ne le savent pas forcément, le service des pistes ne viendra pas les chercher en cas d'accident : la montagne en station relève jusqu'au 7 janvier de votre entière responsabilité !

Une pente de 30 degrés, cela a l'air de rien et ça ne semble pas dangereux; pourtant, c'est la pente type de l'avalanche !

Gendarme du PGHM

Pas d'échelle avalanche émis par Météo France

Aux paratiquants de la montagnes, les gendarmes rappellent que Météo-France émet d'habitude des bulletins du risque avalanche. Le risque est évalué de 1 pour faible à 5 pour très élevé. là, il n'y en a pas. Impossible d'apprécier le risque.

Beaucoup de novices

Les gendarmes s'attendent en période de fin d'année à faire face à de nombreux visiteurs dans la Tinée, à Auron et Isola 2000.

D'abord parce que c'est la vallée la moins impactée du département par la tempête Alex, ensuite parce que la neige est au rendez-vous en cette mi-décembre. Après deux confinements, le besoin de s'aérer est une évidence. Et pour beaucoup, l'année n'a pas été marquée par une grande pratique sportive, les salles étant fermées.

Faire du sport sans entraînement, sans connaître la montagne, ce n'est pas évident. La nuit tombe vite, le risque est réel !

Un gendarme du PGHM

Du coup, les deux hommes super entraînés ne ménagent pas leurs conseils en station, mais aussi en haut des pistes.

Des gendarmes super entraînés, hiver comme été

Comme toujours, hiver comme été, ils seront sur le pont, dans les Alpes-Maritimes, et si les circonstances l'imposent, le Var et les Alpes-de-Haute-Provence.

Le PGHM, c'est une quinzaine d'hommes basés à Saint-Sauveur-sur-Tinée, capables d'intervenir en toutes circonstances. 

C'est cette unité qui gère tout au long de l'année le secours en montagne en alternance avec la CRS 6 de Saint-Laurent-du-Var.

Les consignes en cas d'accident ?

► Le 112 est le numéro d’urgence européen. Il accroche n’importe quel relai quel que soit votre opérateur.
► En composant le 15, le 17 ou le 18, l'appel est centralisé au CODIS. 
► le 04 97 22 22 22, c'est le PGHM si vous êtes dans les Alpes-Maritimes.

Comment donner le message d'alerte ?

Pour résumer...


► S'identifier
► Donner ses coordonnées
► Indiquer le lieu où vous êtes si la géolocalisation de votre smartphone n'est pas activée
► Préciser le motif de l'appel. 

Bonne saison !