Ski et Covid-19 : élèves licenciés, professionnels... Qui est finalement autorisé à utiliser les remontées mécaniques ?

La fermeture des remontées mécaniques des stations de ski au public provoque des remous chez les acteurs de la montagne. Petite consolation, un décret publié samedi autorise certaines catégories de skieurs à les utiliser. Quelles sont ces exceptions ?
Manifestation contre la fermeture des remontées mécaniques à Risoul dans les Hautes-Alpes le 3 décembre.
Manifestation contre la fermeture des remontées mécaniques à Risoul dans les Hautes-Alpes le 3 décembre. © Audrey LUNGO/MaxPPP
Les remontées mécaniques sont fermées au public... en fait, pas à tous les publics. Un nouveau décret publié samedi 6 décembre au Journal officiel  modifie le décrét du 29 octobre et précise les conditions d'accès des téléskis, télésièges et autres télécabines en cette période de pandémie de Covid-19.

Ce texte, qui prévoit des mesures différenciées selon les catégories de skieurs, entre en vigueur immédiatement. France 3 détaille ces exceptions aux règles liées au confinement.Le décret autorise l'utilisation des remontées mécaniques par les "mineurs licenciés au sein d'une association sportive affiliée à la Fédération de ski". Jusqu'à présent seuls y étaient autorisés les jeunes espoirs, des athlètes de clubs listés PPF qui se forment à une carrière professionnelle pour représenter la France en compétitions.Partout en France, les sportifs de haut niveau ont continué à avoir accès aux salles de sport depuis le reconfinement. De la même manière en montagne, les skieurs de haut niveau ont pu poursuivre leurs entraînements sur les pistes.Autre exception, les "professionnels dans l'exercice de leur activité". Il s'agit des techniciens chargés de l'entretien et de la maintenance des remontées mécaniques, des pisteurs chargés d'assurer la sécurité des pistes.
Les professionnels en formation, comme les moniteurs sont eux aussi autorisés à pratiquer les "entraînements nécessaires pour le maintien des compétences professionnelles".

Enfin, le préfet du département pourra autoriser "l'accueil d'autres usagers dans les services de transport collectif public de voyageurs par remontées mécaniques à vocation urbaine et interurbaine". En clair, s'il le juge nécessaire, le grand public aura accès aux téléphériques, funiculaires et autre remontées reliant une station à une autre.

Les exploitants des remontées mécaniques auront à veiller "dans la mesure du possible, à la distanciation physique" des skieurs à bord de chaque appareil, en tenant compte des contraintes propres à chaque moyen de transport. 

Le port masque n'est obligatoire pour les skieurs sur les téléskis et télésièges lorsque chaque siège suspendu n'est occupé que par une personne ou par des personnes laissant entre elles au moins une place vide, précise le nouveau décret. 

Cet aménagement ne calme pas la colère des élus. Sur Twitter, le président du conseil départemental des
Alpes-Maritimes, Charles Ange Ginesy, dénonce une "situation incompréhensible". Vendredi 11 décembre, Jean Castex recevra à nouveau les acteurs de la montagne qui espèrent toujours une ouverture au public avant les vacances de Noël
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme ski sport coronavirus/covid-19 société paca