Confinement et ski : cinq questions pas si bêtes si vous souhaitez partir en station lors des vacances de Noël

Partir aux sports d'hiver, sans skier, une mauvaise nouvelle pour les amateurs de glisse. Le Premier ministre a annoncé, jeudi, que les stations de ski pourraient rouvrir pour les fêtes, mais il a interdit les remontées mécaniques. Voici à quoi pourraient ressembler vos vacances à la neige. 
Illustration remontées mécaniques à Vars (05)
Illustration remontées mécaniques à Vars (05) © VIRGILE / MaxPPP
Douche froide pour les stations de ski. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, jeudi 26 novembre, que les stations de ski pourraient rouvrir pendant les fêtes, mais selon un protocole sanitaire strict et surtout en interdisant les remontées mécaniques.

>> INFOGRAPHIES. Covid 19 : nombre de morts, incidence, places en réanimation... Suivez l'évolution de l'épidémie en Paca

Des mesures destinées à lutter contre l’épidémie de Covid-19 qui vont chambouler les amateurs de sports d’hiver lors des vacances de Noël. France 3 répond à cinq questions pas si bêtes si vous avez prévu de partir sur les pistes.

• 1. Qu'est-ce qui est interdit ? 

Les professionnels du secteur attendaient une réponse pour début décembre, mais le Premier ministre à tranché dès jeudi. "Les stations de ski pourront rouvrir durant la période des fêtes de fin d'année, mais les remontées mécaniques et les équipements collectifs seront fermés au public", a assuré Jean Castex. 

Une décision jugée "totalement incompréhensible" et qui suscite la colère des élus de la montagne et des professionnels du secteur, qui évoquent "20 à 30% de baisse d'activité" sur l'ensemble de la saison. "C'est une aberration, car c'est une activité de plein air !", a réagi auprès de l'AFP Alexandre Maulin, président de Domaine Skiable français (DSF), qui regroupe les opérateurs des remontées mécaniques des 250 stations de ski françaises. 
Alexis Aubespin, le directeur de l’office du tourisme des Serre-Ponçon ( qui regroupe les station de Crévoux et Réallon), préfère verser dans l’ironie. “La seule chose interdite, sera de poser ses fesses sur un télé-siège, ou de manger une raclette dans un restaurant”, souffle-t-il. Dans ces petites stations des Hautes-Alpes, les 80 km de domaine skiable ne seront pas accessibles en remontées mécaniques, comme dans toutes les stations de France.

Envisager des vacances sportives, pour les fondus de ski alpin est donc bien difficile. "Les demandes d'annulations s'il n'est pas possible de faire du ski sont gigantesques : 85 à 90% des gens qui viennent à la montagne font du ski", abonde Alexandre Maulin. 

Toutefois, certains points restent à trancher, selon Jeanine Dubié, députée PRG et présidente de l'association des élus de montagne. "On dit : la station reste ouverte mais les remontées mécaniques sont fermées. Mais qui va être sur la station ? Est-ce qu'il va y avoir des pisteurs, des secouristes ?, s'interroge-t-il auprès de franceinfo. Nous avons encore une rencontre avec le Premier ministre lundi prochain. Je pense qu'il y a encore plein de questions qui restent en suspens."

• 2. Qu'est-ce qui est autorisé ?

Faute d’adrénaline sur les pistes, il sera malgré tout possible de pratiquer d’autres sports. "En hiver, les stations françaises proposent plus de quarante activités, assure à LCI le directeur de France Montagnes, Jean-Baptiste Lemoyne. Bon nombre d'entre elles resteront accessibles.” Randonnées en raquette, marche nordique, balades thématiques sur les empreintes d’animaux... Les petites stations comme celles de Crévoux et Réallon, sur le domaine de Serre-Ponçon ne manquent pas de solutions. 

D’autant que le ski de fond sera autorisé, comme l'a confirmé à franceinfo le cabinet de la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu. Une autorisation dont bénéficie aussi le ski nordique. Le préfet du Jura David Philot a confirmé, vendredi, lors d’une conférence de presse, la possibilité pour les stations de ski de tracer le domaine nordique, dès le 28 novembre et pendant les vacances de Noël. 

Le plaisir de la neige simple, souligne Alexis Aupespin le directeur de l’office de Tourisme. Même si ce sera dur économiquement, par rapport à la fermeture des remontées mécaniques, je ne doute pas que nos prestataires d’activité vont avoir du travail pendant les fêtes.” Un optimisme qu’il explique par la clientèle familiale qui fréquente cette petite station, et qui n’est “pas exclusivement tournée vers le ski alpin”.

Un sentiment partagé par le champion olympique de biathlon Martin Fourcade, qui a expliqué sur Twitter que "la montagne ne se résume pas aux pistes de ski, aujourd’hui plus que jamais ses autres acteurs ont besoin de vous"

• 3. Comment ça se passe pour manger ?

Les restaurants resteront fermés jusqu’au 20 janvier, conformément aux annonces d’Emmanuel Macron mardi. Il sera toutefois possible de prendre un repas à emporter en station. 

En chambre d'hôtel, certaines stations ont décider de s'adapter coûte que coûte. À l'hôtel des Grandes Rousses à l'Alpes d'Huez, Céline Cayot, directrice d'exploitation, explique au Parisien que la réouverture est imminente : "En nous réinventant. Concernant le bar et la restauration, nous allons mettre en place une offre de room service en chambre".

Boire un vin chaud en haut des pistes face à la montagne enneigée ? Oui, mais à condition encore une fois de monter à pied ! Une situation qui risque d’être difficile pour les restaurants d’altitude, qui verront leur fréquentation chuter.

• 4. Si j'avais déjà réservé je peux annuler ?

Et bien tout dépend de votre plateforme de réservations. Certains loueurs ont des politiques d’annulations bien définies. Assurances annulations, versements d’acomptes, il vous faudra vérifier les conditions de votre contrat. 

Sur le domaine de Serre-Ponçon, très peu d’annulations toutefois jusqu’à présent. "Les touristes ne tourneront pas le dos à la montagne", veut croire Alexis Aubespin. Si aujourd’hui 50 à 60% des hébergements sont réservés pour les fêtes, il doute cependant d’un afflux de réservations de dernière minute, comme c’est habituellement le cas au mois de décembre. 

• 5. Y a-t-il un protocole sanitaire spécifique ?

Le protocole sanitaire appliqué dans les stations de ski reste inchangé par rapport à la saison estivale. Les stations ont accueilli du public en respectant les règles sanitaires élaborées pour les remontées mécaniques : masques pour tout le monde, gel hydroalcoolique, même sur les gants, distanciation pour respecter la mesure barrière, au départ, et à l'arrivée des remontées.

"Tout est sécurisé, a expliqué à franceinfo Alexandre Maullin, président de Domaines skiables de France. On a même prévu des tests pour nos collaborateurs ou pour les clients qui viendraient en station, qui pourraient en avoir besoin. On a essayé de faire de la station un cocon dans lequel la préservation sanitaire était notre priorité unique."

En cas de location de matériel comme des raquettes ou des skis de fond, le matériel sera systématiquement désinfecté entre chaque utilisateur.

Des centres de dépistage seront également installés dans chaque station. La station de Risoul dans les Hautes-Alpes, avait anticipé cette décision en accord avec la pharmacie locale. "Nous avons prévu la réalisation de tests antigéniques, qui seront réalisés dans une tente à l'extérieur pour ne pas impacter le fonctionnement de la pharmacie dans ses locaux", a précisé à France 3 Christian André, directeur de la société des gestions des activités touristiques de Risoul.

Les professionnels du secteur espèrent encore pouvoir sauver la saison, à condition que la neige tombe. Alexis Aubespin le sait : "La montagne est un milieu hostile, ses habitants ont toujours su s'adapter, et ils continueront, même si c'est difficile". 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 ski sport stations de ski économie tourisme