L'AS Monaco négocie avec les joueurs une baisse de salaire durant la crise du coronavirus

Après un mois sans matches et sans droits télé, l'AS Monaco demande à ses joueurs d'accepter une baisse de leur salaire. Depuis quelques jours des négociations sont en cours. 

Joueurs de l'AS Monaco célébrant un but, le 14 février 2020
Joueurs de l'AS Monaco célébrant un but, le 14 février 2020 © YANN COATSALIOU / AFP
Les joueurs de l'AS Monaco vont-ils accepter une baisse de leur salaire ? Pour l'instant c'est tout simplement non, comme l'a révélé le journal L'équipe

Depuis le lundi 13 avril, Oleg Petrov, le vice-président de l'ASM, contacte les joueurs de l'équipe monégasque pour négocier une baisse de salaire temporaire.  Le club de la principauté leur proposerait de diminuer leur fiche de paye de 50% durant la crise sanitaire. Le reste leur serait payé si les diffuseurs acceptent de reverser le montant des droits télé 2019/2020.
Cette demande est conforme au compromis trouvé entre les clubs et l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), le syndicat des joueurs, mais la direction du club souhaite aller plus loin. A Monaco les salaires des joueurs pourraient être indexés sur la part versée par les chaînes de télévision. 
Ces droits télé sont très importants pour les clubs de Ligue 1 car ils représentent entre 60 et 70% de leurs recettes. 

Des conditions salariales temporaires ne sont pour l'instant pas acceptées par les joueurs de la principauté. L'AS Monaco ne souhaite pas communiquer sur cette affaire mais le club nous indique que cette négociation vient seulement de débuter et espère trouver une solution rapidement. 
En attendant cette diminution conséquente de leur salaire, les joueurs ont été mis au chômage partiel et touchent 84 % de leur salaire net.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international as monaco football sport coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter