Diffamation à caractère raciste : une amende de 5000 euros minimum requise en appel contre Stéphane Ravier

En juillet 2021, le sénateur Stéphane Ravier avait posté un message sur Twitter déclarant que "l’immigration tue la jeunesse de France". L'audience d'appel se tenait devant la Cour d'appel d'Aix-en-Provence ce mercredi.

De nouveau devant la justice. Après sa condamnation pour diffamation à l'encontre de SOS Méditerranée le 23 février, Stéphane Ravier était mercredi 13 mars jugé en appel à Aix-en-Provence pour un tweet polémique. L'avocat général a requis une amende d'au moins 5 000 euros. La défense a demandé la relaxe. 

"Des propos toxiques"

Poursuivi pour diffamation à caractère raciste, le sénateur Stéphane Ravier (Reconquête) avait été relaxé le 7 juillet 2023 par le tribunal correctionnel de Marseille. L'ancien membre du RN était mis en cause après la publication d'un tweet en juillet 2021. Il avait posté la photo de Théo, un jeune vendeur d'une boutique de téléphonie tué à l'arme blanche la veille en Seine-et-Marne, en l'accompagnant du message suivant : "Théo, 18 ans, assassiné hier par un Sénégalais à #ClayeSouilly. L'immigration tue la jeunesse de France".

"Des propos toxiques qui utilisent des faits divers pour galvaniser les Français face à l'immigration et faire prospérer un commerce électoral", ont estimé les associations de la partie civile ce mercredi devant la Cour d'appel d'Aix-en-Provence. Stéphane Ravier lui, persiste et signe : "J'ai le droit et le devoir de critiquer la politique d'immigration", a déclaré le mis en cause à la barre. 

Le délibéré sera rendu le 18 juin.