Guides touristiques : une visite au goût amer pour une profession en souffrance en PACA

Musées fermées, touristes étrangers absents, mesures sanitaires limitant le nombre de personnes par visite : les guides touristiques sont très lourdement impactés par la crise sanitaire. Ce dimanche célèbre pourtant les 10 ans de la journée internationale des guides. 

Ce 21 février, c'est la journée internationale des guides conférenciers.
Ce 21 février, c'est la journée internationale des guides conférenciers. © Xavier Schuffenecker / FTV

"On est que trois ce matin, c'est un super format pour découvrir Marseille, j'espère que vous allez en prendre plein les yeux",  annonce Olivier Duvallet guide touristique à Marseille.

Cet ancien urbaniste aime arpenter les rues de Marseille, à tel point qu'il en a fait son métier. 

Il propose des randonnées urbaines à la découverte de sa ville.

Crise sanitaire oblige, la clientèle étrangère n'est plus au rendez-vous, il a fallu s'adapter.

"J'ai adapté un peu le contenu, pour que ce soit moins touristique et plus adapté aux gens du coin, qui ont envie d'aller plus en profondeur dans les projets de Marseille, dans l'urbanisme Marseillais, dans la façon dont la vie locale se déroule. Cette stratégie a fini par payer et aujourd'hui, j'ai assez de monde et ça se passe super bien", explique Olivier Duvallet, guide touristique à Marseille.

 Ce dimanche 21 Février, c'est la journée mondiale du guide-conférencier.

A cette occasion, des visites de villes et de villages sont organisées par les guides conférenciers de la région PACA.

Dans le département du Var, les guides proposent de visiter Aups, Bargème, Bormes-les-Mimosas, Hyères et Toulon. Dans les Bouches-du-Rhône, une visite d’Aix-en- Provence est proposée par Arthur, guide Secrets d’Ici et membre de l’association des Guides.

Raconter des histoires, c'est le métier d'Arthur.

Aujourd'hui, il fait découvrir à ces visiteurs l'origine des noms de rues d'Aix-en-Provence.
Un parcours rendu ludique grâce à son expertise. 

En tout deux heures d'anecdotes, en petit comité bien sûr, six personnes maximum.  

Un bol d'air frais pour les participants.

Ils sont 700 guides-conférenciers en région Paca.

60 % des professionnels du guidage en Provence-Alpes-Côte-d’Azur sont en CCD ou CDDU, beaucoup ne remplissent pas les conditions d’éligibilité de l’assurance chômage. Ils se  retrouvent en grande précarité.

Philippe Carré, lui est guide conférencier depuis plus de trente ans à Marseille. Un guide encarté, diplomé de l'université et incollable sur l'architecture. 

Sa clientèle habituelle,  ce sont les croisièristes. Mais depuis un an, il n'a guidé que quatre visites.

S'il n'avait pas un autre métier à côté, il ne s'en sortirai pas. 

"Nous avons été les grands oubliés du gouvernement, il est très difficile pour mes collègues d'avoir des aides. Le chômage partiel n'a pas été respecté par tout le monde. Les guides auto-entrepreneurs ont pu sortir un peu, tirer leur épingle du jeu", explique Philippe Carré,
guide-conférencier.

Pour le moment, les visites même en extérieur sont limitées à cinq personnes et les musées sont toujours fermés. 

Les guides conférenciers de Provence ont bien créé une plateforme de réservation en ligne, mais l'activité reste faible. Sans visibilité sur l'avenir, beaucoup envisagent une reconversion.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture covid-19 santé société économie patrimoine