Témoignage. "J'ai réussi à m'en sortir" : après avoir vécu dans la rue avec ses enfants, Karine aide les SDF

Publié le Écrit par Laemmel Christine

Tous les mardis, à Aix-en-Provence, des bénévoles sillonnent les rues, à la rencontre des sans-abris. Avec Karine pour guide.

"Dans cette valise, ce sont des pulls. Dans celle-là, des chaussures". Dans la soirée du mardi 12 décembre à Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône, dix bénévoles sont présents autour de Karine. C'est elle qui est à l'initiative de ces maraudes. Après un moment à la rue avec ses enfants, elle a décidé de venir en aide aux personnes qui comme elle, se retrouvent sans rien.

"Si je ne le fais pas, je ne suis pas bien"

"J'ai traversé moi-même une période très difficile il y a 10 ans, raconte Karine à Cédric Cottaz, journaliste de France 3 Provence-Alpes. Je me suis retrouvée à la rue, avec mes enfants. Ce sont des gens comme toutes les personnes que vous voyez ce soir qui me sont venus en aide. J'ai réussi à m'en sortir, je travaille, j'ai mon appartement. Je me suis dit qu'il faut que je vienne en aide à ces personnes. C'est pas vital pour moi mais je suis obligée de le faire. Si je ne le fais pas, je ne suis pas bien."

Tous les mardis, les bénévoles se retrouvent pour décharger le véhicule. Dans les valises, des repas, des produits d'hygiènes, des couvertures ou encore des vêtements. "Ils n'ont pas de quoi payer une laverie, explique Karine, donc chaque semaine, on leur donne des caleçons, chaussettes, produits d'hygiène." Une question de "décence" selon elle. 

Son groupe Facebook rassemble 18 000 membres

Pendant deux heures, les bénévoles parcourent les rues de la ville. Un rendez-vous très attendu par les plus démunis. "J'attends le mardi avec impatience, confie un bénéficiaire, pour au moins pouvoir me prendre des habits et manger un peu."

Karine a commencé seule en créant Aix Entraide il y a 10 ans. Son groupe Facebook rassemble aujourd'hui 18 000 membres, autant de personnes qui participent de près ou de loin aux maraudes. Sur le réseau social, elle lance des appels aux dons. Un engagement qui lui tient à cœur car c'est un peu de son histoire. 

Chaque mardi, Karine poursuit son action, loin de toute structure associative. Elle prépare déjà des cadeaux à offrir aux sans-abri pour les fêtes de Noël. 

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :