• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Arles : l'école du Domaine du Possible de Françoise Nyssen devenue impossible ?

Françoise Nyssen, ministre de la Culture / © Christophe Morin
Françoise Nyssen, ministre de la Culture / © Christophe Morin

Du rêve à la réalité, démissions et évictions, une enquête approfondie de nos confrères de "La Provence" dévoile les dessous d'une crise à l'école du Domaine du Possible de Françoise Nyssen

Par Ludovic Moreau

L'école du Domaine du Possible était un rêve de Françoise Nyssen, ministre de la Culture et de son mari, Jean-Paul Capitani, à la tête des éditions Actes Sud. "Ils voulaient un lieu où chaque enfant pourrait s'épanouir dans sa singularité" décrit notre consœur, dans son enquête à lire aujourd'hui dans les colonnes de "La Provence". 
L'école a ouvert en 2015 avec un projet décrit sur le site de l'établissement : "ce sera une école de la bienveillance et de l'apprentissage par le projet... Elle se laisse la liberté de puiser dans toutes les méthodes pédagogiques"
Une vingtaine d'élèves en 2015, l'école en compte aujourd'hui 149.
 

La pédagogie à l'origine de la crise interne

Des méthodes pédagogiques, il semble que le Domaine du Possible ne s'est appuyé que sur l'une d'entre elles, la méthode dite Steiner. Une méthode très controversée, développée au début du XX° siècle par l'Autrichien Rudolf Steiner-Waldorf (1861-1925).
Cette prise de conscience des parents et des enseignants serait à l'origine d'une crise interne depuis plusieurs mois. Une crise qui a conduit à la mise à la porte d'Henri Dahan, directeur pédagogique, par le conseil d'administration et Jean-Paul Capitani, le 6 juillet dernier et suivit de plusieurs démissions.
Selon l'enquête de "La Provence", l'école du Domaine du Possible est née de la rencontre entre Françoise Nyssen et son époux et Henri et Praxède Dahan, tous deux adeptes de l'anthroposophie et de la pédagogie Steiner.

Nous défendons par-dessus tout l'enseignement des écoles Steiner

revendiquaient les éditeurs arlésiens dans les colonnes de "La Provence", le 17 octobre 2016.
 

La pédagogie Steiner

Rudolf Steiner, adepte des arts et des sciences occultes, est à l'origine de l'anthroposophie, un courant de pensée ésotérique né au début du XX° siècle. Un courant de pensée que l'on retrouve dans différents domaines comme l'agriculture (biodynamie), l'économie, la santé, l'art (eurythmie) et l'éducation (pédagogie Steiner). C'est aussi un empire économique de plusieurs milliards d'euros, indique Jean-Baptiste Malet, journaliste d'investigation.
Parmi les caractéristiques de l'anthroposophie, il faut noter son rejet de la science contemporaine et du matérialisme.
Ce courant de pensée est critiqué en raison de ses croyances et des dérives sectaires qu'il peut susciter. Les écoles Steiner sont surveillées de près par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

 

Françoise Nyssen prend-elle ses distances ?

Le 17 mai 2017, Françoise Nyssen est devenue ministre de la Culture et cet été, elle était épinglée pour des travaux illégaux au siège d'Actes Sud.
La ministre prend-elle ses distances avec la pédagogie Steiner ?
Peu de temps avant l'éviction d'Henri Dahan, une enquête : "L’anthroposophie, discrète multinationale de l’ésotérisme" avait été publiée dans les colonnes du "Monde diplomatique".
Dans "La Provence", Françoise Nyssen se défend sur la pédagogie Steiner :

Une étiquette, ce n'est jamais intéressant. Mais s'enrichir de toutes les réflexions, oui : Steiner, mais aussi Freinet, Montessori... Les querelles de pédagogie n'ont aucun intérêt. Mais le Domaine n'est pas une école Steiner

a déclaré la ministre avant d'ajouter :

J'ai choisi de faire une coupure claire avec cette école, à laquelle je reste fière d'avoir participé. Forte de cette expérience, je travaille en proximité avec le ministre de l'Education Nationale, sur l'importance des arts et de la Culture à l'école

Françoise Nyssen, ministre de la Culture et Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education, ensemble hier pour le lancement d'un vaste plan d'accès à la culture à l'école / © Françoise Nyssen
Françoise Nyssen, ministre de la Culture et Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education, ensemble hier pour le lancement d'un vaste plan d'accès à la culture à l'école / © Françoise Nyssen
 

Les arts et la culture à l'école

Justement, hier, lundi 17 septembre, les deux ministres de la Culture et de l'Education Nationale étaient ensemble, aux côtés d'une classe de CM1 pour lancer un plan d'accès à la culture, qui ira "de l'entrée en maternelle à l'octroi du pass culture à 18 ans", a déclaré Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale.

L'objectif est de ne plus laisser un enfant sur le bord du chemin

a précisé Françoise Nyssen en insistant sur le "fossé qui se creuse notamment au collège, entre les enfants qui ont les moyens de prendre des cours de musique ou de danse ou qui vont au musée, et les autres".
 

Le Domaine du Possible contractualisé ?

Selon l'enquête de "La Provence", ce rapprochement avec Jean-Michel Blanquer, Françoise Nyssen aimerait probablement l'avoir aussi avec le Domaine du Possible. Une école sous contrat avec l'Etat permettrait une prise en charge des salaires des enseignants. Une raison de plus pour s'éloigner de la pédagogie Steiner.
En 2016, le Domaine du Possible avait fait l'objet d'un contrôle.

Certains points ne correspondaient pas au socle commun de compétences et connaissances attendu par l'Education Nationale

a livré dans l'enquête Dominique Beck, directeur académique à Marseille, indiquant ainsi, le niveau très faible des élèves.
 

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus