Arles : ruban, coiffe, robe, tout savoir sur le costume des Arlésiennes

Par ces temps de confinements, VAQUI, votre émission en langue d’Oc, vous propose de partir prendre l’air en Provence, dans les Alpes et sur la Côte d’Azur. Nous vous faisons rencontrer des gens passionnés comme les Arlésiennes qui aiment porter le costume traditionnel.
 
Le costume en Provence est synonyme de tradition et de fêtes. Il paraît immuable et pourtant il a évolué selon les modes et les époques. Les Arlésiennes qui le portent aujourd’hui affirment leur élégance et leur fierté de perpétuer cet art de vivre.

Guillaume Chevalier et Sabine Mistral revendiquent cet engagement en faveur du costume provençal traditionnel. Sabine Mistral a été la 16ème reine d’Arles et Guillaume est un jeune passionné de costumes et de traditions.
Autant dire des connaisseurs.

L’époque et la mode

Le costume d’Arles semble immuable. Tout dans le costume est symbolique avec une grande attention est portée au détail. Pourtant il a toujours suivi les modes.

Lou coustume a cambia segoun li modo e lis epoco
Le costume a évolué selon les modes et les époques

Le costume en général change selon la mode et les époques, celui des Arlésiennes ne fait pas exception.
Les spécificités qu’on lui connait aujourd’hui remontent environ à 1750.
Jusqu’en 1914, le costume d’Arles change et évolue.

Ecrivains et peintres

Le costume d’Arlésienne a été souvent mis à l’honneur par des auteurs et représenté par des peintres célèbres. Tout le monde connait l'Arlésienne de Van Gogh ou les farandoles d'arlésiennes de .

            L’eleganço de l’Arlatenco / Elégance de l'Arlésienne

L’arlésienne est toujours coquette. Une tenue ne saurait être complète sans les « beloio », les bijoux. La coiffe est recouverte d’un ruban de velours de soie, d’un mètre cinquante, longueur nécessaire pour faire 3 tours autour de la tête.
 

Lou riban dis arlatenco / Les rubans d'Arlésienne

Le ruban d’Arlésienne est la pièce majeure de la parure. Il en existe de plusieurs sortes : ruban d’apparat en velours ou ruban du quotidien. Les motifs aussi varient et évoluent : des premiers motifs géométriques assez sobres, on passe à des motifs de feuilles et de fleurs.
La nature est très présente dans les dessins des rubans. On y trouve des animaux (lézard, taureau, papillon) des guirlandes de fleurs ou encore des fruits. Certains rubans sont des pièces de collection.

            Fau una ora e mieja per si preparar.
Une heure et demie pour se préparer.

S’habiller en Arlésienne demande de la patience. S’habiller est déjà un énorme travail. Se coiffer encore plus. Sabine Mistral porte le costume depuis l’âge de 5 ans. Elle collectionne les différents vêtements et accessoires.
En tant que Reine d’Arles, durant trois ans, Sabine a été l’ambassadrice du pays d’Arles et de ses traditions. Aujourd'hui, elle continue à porter le costume et participe à de nombreux évènements. Sabine assure ainsi la transmission du savoir-faire, des techniques de couture jusqu'aux astuces pratiques. Comme ici avec Guillaume.

Un costume Napoléon III

On connait une certaine version du costume d’Arles. On connait moins bien le costume Napoléon III. Il était porté vers 1830, en Arles et dans sa région. Il se compose d’un jupon piqué, d’une jupe entièrement plissée, par-dessus l’inévitable tablier, assez étroit sur ce modèle. Les arlésiennes portaient aussi un fichu d’indienne croisé sur la poitrine. 5 plis sont formés derrière, dans l’encolure, et attachés par une épingle. Le soin du détail toujours.

                        Lou vièsti arlaten es un art de viéure.
Le costume est un art de vivre.

Le costume Arlésien est pour Sabine Mistral un art de vivre. En Arles, on porte le costume, on danse, on chante, on monte à cheval.
C'est une véritable passion et un art de vivre.

VAQUI-REPORTAGE : Liza (A. Pannetier).
Comment porter le costume d’Arles


Retrouvez Vaqui
DIMANCHE 5 AVRIL à 10 h 45
Eglises et chapelles

sur France 3 Provence Alpes Côte d’azur

Vaqui vous ouvre les portes des églises et chapelles de notre région.
De Nice à Manosque, en passant par le Vaucluse, c’est un véritable patrimoine culturel méconnu qui se cache derrière de belles façades. Frédéric Soulié sera à Nice en compagnie de Steve Betti.

Les reportages de Magali Gazzano et d’Eliane Tourtet seront consacrés à N.D de Romigier à Manosque, à N.D. de Lumières dans le Luberon et au bagne de Villefrance-sur-Mer.

A dimenche per Vaqui !



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
provence tradition sorties et loisirs culture culture régionale société confinement : envie d'évasion