VIDEO. Empruntez le sentier des cabanes pour découvrir les marais du Vigueirat, au coeur de la Camargue

Publié le Mis à jour le

Avec plus de 1100 hectares, la réserve naturelle du Vigueirat est un écrin de biodiversité. Pour mieux la découvrir, le sentier des cabanes a été restauré. Une promenade ludique et instructive, pour faire connaissance avec près de 300 espèces d'oiseaux.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Pour découvrir les marais du Vigueirat, il faut emprunter le sentier des cabanes, et éveiller ses sens. 

Du sifflement désagréable du moustique (et oui, c'est la Camargue !), au coassement de la reinette méridionale, le tout en se hissant dans une roselière, où d'ordinaire se cachent les oiseaux, vous voilà en immersion dans un écrin de biodiversité.

Au fil de l'eau, un piano propose de découvrir les bruits des animaux du marais, des postes d'observations pour guetter les échasses, au total, huit cabanes ont été restaurées, et proposent aux petits et aux grands une balade ludique et pédagogique.

 

Le sentier des cabanes existe depuis plus de 22 ans. Il a été récemment rénové, grâce à des fonds privés (fondation Proter&Gamle), pour mettre au public une découverte de la nature camarguaise. 

2000 espèces végétales ou animales, dont 300 espèces d'oiseaux

Les marais du Vigueirat se situent à Mas-Thibert, à une vingtaine de kilomètres d'Arles, dans les Bouches-du-Rhône. 1.100 hectares en plein cœur du parc de Camargue, propriétés du Conservatoire du Littoral. 

Le Vigueirat, c'est la chapelle Sixtine de la biodiversité, disait le rapporteur au ministère, lors de son classement en réserve naturelle

Philippe Gondolo Conservatoire du littoral

Ici, nichent près de 300 espèces d'oiseaux, dont les neuf espèces rares de hérons d'Europe. Parmi eux, le butor-étoilé. Au Vigueirat, on en compte une trentaine de couples nicheurs. "C'est la plus grande population de France", explique Caroline Meffre-Gazzera, la responsable accueil des publics. 

Ici, il faut donc être silencieux, et respectueux, en bref, "ménager la nature", comme le dit Phillippe Gondolo du Conservatoire du Littoral. 

Alors silence, ici on vit, dans une nature encore protégée !