• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Bouches-du-Rhône : 3 procès de salariés contre leur employeur McDonald's

Rassemblement des salariés du Mac Do St-Barthelemy, en présence de Jean-Luc Melechon, le 21 juillet / © Christophe Lo Monaco
Rassemblement des salariés du Mac Do St-Barthelemy, en présence de Jean-Luc Melechon, le 21 juillet / © Christophe Lo Monaco

77 salariés du restaurant McDonald's Saint-Barthelémy à Marseille, dans le 14ème arrondissement, portent plainte contre leur entreprise. Le premier procès aura lieu ce lundi au Tribunal de Grande Instance de Marseille. Sur fond de reprise de leur restaurant.

Par Nathalie Deumier

Ce lundi, les salariés du McDonald's de Saint Barthelemy se rassembleront devant le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Marseille. Ce sera le premier procès contre leur employeur. En cause : la vente de leur restaurant. Motif de la procédure : insuffisance des informations transmises au CHSCT et non respect des procédures.

Le 5 mai 2018, les salariés apprennent que 6 restaurants des Bouches-du-Rhône vont être vendus : Plan-de-Campagne, Vitrolles, Saint-Victoret, Grand Littoral, Blancarde et Saint-Barthelemy. Tous appartiennent à une seule personne : Jean-Pierre Brochiero, propriétaire depuis 2015. Selon eux, McDonald's France vend les sites où la revendication syndicale est forte. 


Nouvelle direction, nouveaux effectifs


Avec les nouveaux dirigeants, les emplois diminueraient. Les cadres et les responsables opérationnels sont particulièrement touchés. Christophe Lo Monaco, délégué du personnel CFE CGC, prend l'exemple du deuxième restaurant de Plan-de-Campagne, racheté en avril : 


Deux cadres, tous deux avec 25 ans d'ancienneté, ont été licenciés lorsque le propriétaire a changé. 


Escroquerie et association de malfaiteurs


Le 20 août, un autre procès au TGI de Marseille sera ouvert pour escroquerie dans la vente du restaurant de Saint-Barthelemy et demande d'annulation de la vente. Cet établissement-là doit être acheté par Hali Food, une entreprise tunisienne, gérée par un Algérien, qui n'a aucune activité en France, toujours selon les salariés. Le troisième procès se déroulera en correctionnel.
 

L'ambiance est posée. Les 77 salariés qui vont en justice travaillent dans les quartiers nord de Marseille. Leur salaire est souvent le seul du foyer. Ils ont le sentiment que leur quartier est à l'abandon : les entreprises ferment, la crèche déménage.   

Visite de Jean-Luc Melenchon, le 21 juillet 2018 / © MARCHE Dominique / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Visite de Jean-Luc Melenchon, le 21 juillet 2018 / © MARCHE Dominique / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP


Deux politiques apportent leur soutien


Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône, a reçu les salariés et leur témoigne son soutien dans une lettre consultable ici. Jean-Luc Mélenchon, député des Bouches-du Rhône, est venu soutenir les salariés le 21 juillet, en tenant une conférence de presse à l'intérieur d'un Mc Donald's.  


La réponse de McDonald's


Jean-Pierre Brochiero, actuel franchisé de 6 restaurants McDonald’s dans les Bouches-du-Rhône, a décidé de céder l’ensemble des 6 restaurants qu’il exploitait depuis janvier 2015. Tous, sauf celui de Saint-Bathelemy, seraient repris par un partenaire franchisé implanté à Marseille depuis de nombreuses années. Cette transmission d’exploitation assurerait le maintien des conditions contractuelles pour l’ensemble des 300 salariés concernés.


Le restaurant de Saint Barthélémy : un cas à part 


Toujours selon Jean-Pierre Brochiero, l'établissement de Saint-Barthelemy rencontre de façon chronique des pertes qu’il n’a pas été possible de résorber au fil des années. Cette situation ne réunit pas les conditions d’une rentabilité future. Le projet du repreneur vise à pérenniser l’activité de restauration et maintenir 70 emplois dans l'établissement après la période de travaux. Le restaurant McDonald’s Saint-Barthelemy emploie aujourd’hui, selon McDonald's, 70 salariés.
 

Après avoir réussi à pérenniser l’activité de 5 restaurants, j’estime aujourd’hui qu’il est temps d’apporter une nouvelle dynamique à ces établissements avec le regard neuf que saura apporter le nouveau franchisé. Pour le restaurant de Saint-Barthélemy, il est apparu que la meilleure option pour poursuivre une activité capable de maintenir 70 emplois demeurait la cession de l’établissement à un repreneur extérieur porteur d'un nouveau projet 

Déclare Jean-Pierre Brochiero.

De part et d'autres, des menaces et des pressions ont été évoquées, donnant suite à des plaintes.
 

Sur le même sujet

Philippe Vardon (RN) explique pourquoi il veut être le prochain maire de Nice

Les + Lus