Bouches-du-Rhône : le responsable de l'incendie de l'été 2016 sera jugé en correctionnelle

Le 10 août 2016, le risque météorologique est exceptionnel, de couleur noire. Un maçon jette son mégôt et le feu part, à Rognac. Ce sera l'un des plus gros incendies des Bouches-du-Rhône depuis 1973. L'homme sera jugé au tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence 

Le feu touche durement la commune de Vitrolles
Le feu touche durement la commune de Vitrolles © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Le 10 août 2016, un gigantesque incendie démarre à Rognac et détruit 630 hectares de forêt. Le feu est parti d’un mégot jeté sur un chantier. Le maçon sera jugé au tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour "destruction involontaire ayant causé des dommages à l'environnement, aux personnes et aux biens."

Ce jour-là, un violent mistral souffle sur une nature desséchée. "Risque noir" pour les feux de forêt. Un maçon âgé de 34 ans est au téléphone quand il jette son mégot sur un talus d’herbes sèches. Il tente ensuite d’éteindre le foyer avec un tuyau d'arrosage, en vain, et appelle les pompiers à six reprises.

L’incendie parcourt 2655 hectares et détruit 630 hectares. Parti de Rognac, il touche Vitrolles, les Pennes-Mirabeau et s’arrête aux portes de Marseille
Il est classé au cinquième rang des plus grands incendies des Bouches-du-Rhône depuis 1973. Le mistral souffle à 85 km/heure, le feu avance très vite et saute au-dessus des routes, devant des pompiers médusés.
 
Quartier incendié des Pinchinades, à Vitrolles
Quartier incendié des Pinchinades, à Vitrolles © Franck PENNANT / AFP


De nombreux habitants sont évacués par les 1800 pompiers sur place, pour un bilan final de huit blessés, 26 maisons totalement détruites et 93 autres sérieusement ou partiellement touchées. 447 plaintes sont déposées.
    
Le procès aura lieu devant le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence, à une date non précisée. Le maçon risque une peine maximale de 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende. Son expertise psychiatrique écarte toute propension à la pyromanie.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers pompiers justice société