• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Cabriès : une cagnotte pour ouvrir une maison de retraite pour chiens policiers

Erros, chien policier / © Un toit pour Erros
Erros, chien policier / © Un toit pour Erros

Les chiens policiers sont des fonctionnaires eux aussi. Ils ont un matricule et partent à la retraite. C’est là que ça se complique. Certains ne peuvent pas rester avec leur maître ou être placés en famille d'accueil. Un projet de maison de retraite est monté pour eux à Cabriès.
 

Par Nathalie Deumier

Tout est parti du cas d’Erros. A l’âge de 8 ans, ce chien de patrouille a tous ses droits à la retraite...

Mais son conducteur (son maître ou moniteur, ndlr) ne peut pas le garder. Formaté par des années de service actif, le chien a un "sale caractère" et n’obéit qu’à lui. Avec des enfants et deux autres chiens à la maison, sa présence n’est pas envisageable, au grand désespoir de son maître policier.
 
© Un toit pour Erros
© Un toit pour Erros

Une vie bien remplie

Les chiens policiers ont presque tous été adoptés à la SPA. Ils sont classés en deux catégories : le chien de patrouille et le chien de recherche (explosifs, personnes, armes…) Tous les chiens des Bouches-du-Rhône sont dressés à Cabriès avec une technique unique : le jeu. 

3% d’entre eux seulement doivent être "recasés" à l’âge de la retraite. Particularité de ses chiens là : dès qu'ils sont à la retraite, ils le sentent et "trouvent très vite les charentaises".

Une maison de retraite pour chiens policiers 

C’est à Cabriès, sur le terrain où sont dressés les chiens, que le moniteur d’Erros et l’un de ses collègues ont décidé de monter une maison de retraite. Ils bénéficient déjà d'un terrain et du raccordement à l’eau et l’électricité.

Mais ils ont besoin d’argent pour créer un local adapté aux chiens. Et il ne s'agit pas d'une simple niche. Il faut acheter de quoi faire des fondations, une dalle, un système d'évacuation, divers matériaux de construction (parpaings, ciment, sable, gravier...), une toiture, des raccordements électrique et hydraulique.

En bref : ils veulent construire une maison de retraite. Une cagnotte solidaire a été créée. Le projet est évidemment fortement soutenu par la Police Nationale qui emploie 650 chiens en France.

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus