Congrès mondial de la nature : à Marseille, les encombrants s'entassent dans tous les quartiers

En plein Congrès mondial de la nature, voilà qui fait tache. Les encombrants s'amoncellent sur les trottoirs de Marseille. Si certains sont déposés dans les règles, la grande majorité sont des dépôts illicites qui pourrissent la vie des riverains. Des incivilités qui coûtent cher au contribuable.

Des canapés, des meubles cassés, des objets en tout genre... À Marseille, les encombrants portent bien leur nom. Ville d'accueil du Congrès mondial de la nature, Marseille est placée sous le feu des projecteurs et doit faire bonne figure. Pourtant, les dépôts illicites s'entassent aux quatre coins de la cité phocéenne et agacent les riverains.

Comme cette coiffeuse dans le 6e arrondissement, qui se désespère : "J'ai appelé la mairie, j'ai fait également trois déclarations en ligne, j'ai mis des photos... pour le moment j'attends, et à chaque fois ce sont des relances et des relances..."

75 % des encombrants sont illicites

Les équipes en charge du ramassage des encombrants sont débordées. Face à ces comportements en constante augmentation, la Métropole d'Aix-Marseille a dû augmenter ses tournées et cinquante camions sont désormais dédiés à ces dépôts illicites.

Selon les derniers chiffres, 75 % des encombrants ramassés proviennent de dépôts sauvages, et ces incivilités représentent cinq millions d'euros à payer pour le contribuable.

Riverains et commerçants responsables 

Interrogés par nos équipes, certains passants du centre-ville expliquent que les encombrants sont parfois déposés par des personnes de l'extérieur, qui viennent se débarasser de leurs détritus. Pour Jean-Yves Sayag, vice-président du conseil de territoire de MPM et ancien lanceur d'alerte, les riverains ne sont pas les seuls responsables. Les restaurateurs le sont tout autant. 

"Je l'ai vu de mes propres yeux. Un restaurateur, pour garder le sac-poubelle, vide tout par terre, témoigne-t-il. On arrive à un stade où c'est fini, on ne peut plus les récupérer. Donc il faut aller les fermer". 

Des amendes pour les fraudeurs

Une des solutions pour résoudre ce problème consiste donc à fermer les établissements qui ne respectent pas les lois en matière de déchets encombrants. Autre solution : mettre des amendes aux contrevenants. 

A l'heure actuelle, une amende forfaitaire de 68 euros est prévue en cas de dépôt illicite. Passés 45 jours sans règlement de l'amende, celle-ci passe à 180 euros. 

Comment se débarrasser de ses encombrants

Que faire de votre vieille table bancale ou de vos planches usées ? La Métropole a mis en place un service de collecte accessible gratuitement par téléphone (0 800 94 94 08). Ce service est également disponible sur les applications Ma Métropole ou Engagés au quotidien. 

Certaines conditions sont toutefois importantes à prendre en compte, notamment la taille de l'objet, ou sa nature. Les appareils électroniques, par exemple, ne sont pas acceptés. Tout le détail est disponible ici

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déchets ménagers environnement