La Ciotat : un conducteur de 16 ans percute une terrasse de café et blesse deux personnes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ghislaine Milliet .

Une voiture volée conduite par un adolescent de 16 ans a percuté mardi soir une terrasse de café où étaient attablés des consommateurs. Une femme a été légèrement touchée à la jambe, une seconde a fait un malaise et s'est blessée aux cervicales en tombant.

Il est 21h 58 au bar Le Cristal, à La Ciotat, ce mardi 1er septembre. Quelques personnes consomment tranquillement sur cette terrasse du port, lorsqu'une voiture finit subitement sa course au milieu des tables et des chaises.

Une femme de 24 ans est légèrement blessée aux membres inférieurs. Une autre de 35 ans, est victime d'un malaise, et se blesse aux cervicales en tombant. Toutes deux sont conduites à l'hôpital.

Les conséquences sont minimes au regard de l'impact provoqué par la voiture.

Sur le coup, nous avons immédiatement pensé à un attentat.


Alex, policier Brigade mobile d'intervention de Marseille


A 40 mètres de là, attablés à un autre café, deux hommes ont assisté à la scène. Ce sont deux policiers en repos qui savourent un verre à la terrasse.
Alex et Kaki appartiennent à la Brigade mobile d'intervention de la police municipale de Marseille.

"Notre attention a été attirée par des crissements de pneus", explique Alex. "Nous avons tourné la tête et avons vu la voiture percuter les potelets qui séparent le rond-point du trottoir, pour finir dans un bruit de fracas en pleine terrasse du Cristal. Sur le coup, nous avons immédiatement pensé à un attentat".

Comme Alex et Kaki, tous les témoins pensent immédiatement à un acte terroriste.  Les deux policiers se précipitent sur les lieux, au milieu des cris. Et voient une femme sous la voiture, et une autre, "inconsciente au sol".

Ce seront les deux seules personnes blessées. Celle renversée par la voiture, âgée de 24 ans, s'en sort avec une simple dermabrasion à la jambe. L'autre personne, une jeune femme de 35 ans, a fait un malaise et s'est blessée aux cervicales en tombant.

"Une dame a crié "attention une voiture arrive sur nous !", explique la deuxième victime. "J’ai fait une montée d’adrénaline, on est partis en courant. Je me suis sentie mal et me suis évanouie. Je suis mal tombée, deux cervicales ont été touchées".

Il avait un couteau sur lui mais ne s'est pas rebellé

Alex, policier de la Brigade mobile d'intervention


Voyant du monde s'afférer auprès des deux victimes, les policiers marseillais décident de se concentrer sur le conducteur de la voiture. Ce dernier est en train de prendre la fuite, ainsi que la passagère du véhicule. Tous les deux sont jeunes. Elle n'a que 18 ans, et lui... 16 ans.

"On a poursuivi le jeune dans les ruelles adjacentes, et on l'a rapidement interpellé", poursuit Alex. "Il avait un couteau sur lui mais ne s'est pas rebellé.  Nous nous devions d'intervenir, même si nous étions hors service. Nous l'avons fait en tant que citoyens.  Nous l'avons conduit à nos collègues de la police nationale. La jeune fille s'est présentée un peu plus tard spontanément au commissariat".

La thèse de l'attentat vite écartée


L'adolescent de 16 ans conduisait, sans permis, une voiture volée deux heures avant sur le parking d'un supermarché de la commune.

"Il s'amusait à faire des dérapages, et des drifts (dérapages bloqués avec le frein à main ndr) en se filmant pour les réseaux sociaux", précise le policier. "Arrivé au rond-point du quai François Mitterrand, il a dit avoir perdu le contrôle du véhicule en confondant l'accélérateur et le frein".

La thèse d'un attentat terroriste a rapidement été écartée par les enquêteurs.

La jeune femme aurait expliqué ne "pas être au courant que la voiture avait été volée". Elle doit être entendue aujourd'hui.
Quant à l'adolescent, il a été placé en garde à vue au commissariat. Il devrait être déféré auprès d'un juge pour mineur.
 




 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité