La taxe portuaire augmente pour les usagers du port de la Ciotat

Le port-vieux de La Ciotat / © Pauline Guigou
Le port-vieux de La Ciotat / © Pauline Guigou

Le stationnement des petites unités de bateaux dans le port-vieux et sur le batotel de La Ciotat augmente. Une facture salée attend les usagers: la société en charge de la gestion du site et d'une partie du port vient d'appliquer une hausse de 200 euros. 

Par Marie Bail

La SEMIDEP, société d'économie mixte en charge de la gestion du site des chantiers navals et d'une partie du port de La Ciotat, a appliqué il y a quelques semaines l'augmentation du coût de stationnement des bateaux dans le port-vieux et sur le batotel, la structure qui permet d'entreposer les bateaux de plaisance sur plusieurs étages. Principale raison invoquée pour cette augmentation: rééquilibrer le budget par rapport aux coûts de maintenance du port et la rareté des places...

Or les usagers ont eu la surprise de voir arriver la facture sans concertation et sans annonce. Un coup dur surtout pour les anciens car cette hausse concerne les bateaux de petite taille dont les propriétaires sont souvent des particuliers peu aisés. "On ne comprend pas. Sans concertation les particuliers ont juste vu la facture augmenter.", explique Marcel. L'ancien de La Ciotat n'a pas été touché par cette hausse car son bateau ne rentre pas dans la catégorie affectée. Mais il reste inquiet pour ses collègues retraité dont les revenus peu élevés ne leur permettraient pas de payer la note.

Jean-Luc, propriétaire d'une barquette de pêche se dit également outré:

"Ca nous est tombé dessus, d'un coup et sans justification. On nous a augmenté de 200 euros par année, pour une petite barquette de 5m30 !"

Pour lui, il s'agirait surtout d'une volonté de la mairie de faire partir les petites embarcations du port pour installer les grands yatch et rentabiliser le port. Ce natif de la Ciotat déplore le changement d'état d'esprit de la ville et de ses dirigeants, qui préféreraient les touristes aux habitants. 

Mais tous ne sont pas en colère face à l'augmentation des prix. De son côté, Cyril aussi résident La Ciotat et professionnel dans le nautisme à Marseille, estime que les tarifs à flot sont beaucoup trop bas. Ils seraient la cause du déficit des ports de plaisance. Le professionnel dénonce un déséquilibre de prix entre les différents ports. "Nous professionnels, nous disons depuis longtemps que les prix des places de bateau sont très bas. Les tarifs pratiqués depuis toujours dans les ports de plaisance dans les ports sont anormalement bas, c'est le cas de la Ciotat. Dans les batotels, les tarifs sont beaucoup plus élevés et nous sommes pleins. Ce qui crée un problème pour nous", explique Cyril. 

La hausse lui parait donc tout à fait acceptable. Il serait même d'avis que les tarifs s'alignent véritablement sur ceux des professionnels:

"Il n'y a aucune raison que nous, professionnels payions plus cher que les particuliers et plaisanciers amateurs". 


Le directeur de la SEMIPED, Jean-Yves Saussol, a répondu aux propriétaires inquiets. Relayé sur le site du quotidien La Marseillaise le 9 mars dernier, il indique que la redevance "doit refléter la valeur de ses emplacements compte tenu notamment des avantages procurés aux occupants et de la rareté des emplacements disponibles en bord mer". Jusqu’à présent "le coût annuel de location revenait moins cher que la location d’une place de parking à l’année en centre-ville",  rétorque-t-il. De plus, "les recettes (...) couvraient à peine les coûts de fonctionnement » aussi, « une réévaluation sensible s’est donc imposée".

Les bateaux de tradition ont toutefois été exemptés de cette réévaluation.

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus