2 millions d'euros de drogue, 50 munitions et 3 fusils d'assaut saisis à Marseille

Illustration - Cannabis / © RUOPPOLO Guillaume/MAXPPP
Illustration - Cannabis / © RUOPPOLO Guillaume/MAXPPP

Plusieurs opérations anti-drogues ont été menées entre mercredi 23 et lundi 28 octobre à Marseille. Les équipes de la Surêté départementale ont saisi l'équivalent de 2 millions d'euros en cannabis, cocaïne et MDMA. 

Par L.B.

Les opérations anti-drogues menées à Marseille depuis le mercredi 23 octobre ont porté leurs fruits. Un butin d'une valeur de 2 millions d'euros ainsi qu'un arsenal d'armes lourdes ont été saisis par la police marseillaise dans des appartements du 15e arrondissement de la ville. 

Au total, 645 kilos de cannabis sous forme de résine et d'herbe ont été saisis, 800 grammes de cocaïne et de la MDMA. Par ailleurs, la police a découvert 10 grenades défensives, trois fusils d'assaut, deux fusils à pompe et une cinquantaine de munitions. 

D'autres saisies de cannabis, cocaïne et MDMA ont été réalisées dans les 13e et 14e arrondissements de la ville.

Six interpellations

Un long travail de filature et de surveillance a commencé dès septembre à Marseille. Les équipes de la Sûreté départementale ont perquisitionné un appartement dit "nourrice" du 15ème arrondissement qui les a menées à une autre perquisition dans un bâtiment de la cité Campagne-Lévêque.

Au cours de ces opérations anti-drogues, six personnes ont été interpellées et déférées devant un juge par les équipes de la Sûreté départementale et celles de la division Nord.

Nouveau plan national anti-drogues

En septembre dernier, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, Christophe Castaner, Gérald Darmanin et Laurent Nuñez sont venus à Marseille pour dévoiler le nouveau plan national anti-drogues. Les ministres se sont rendus dans la cité Campagne Lévêque, "l'une des cités à Marseille les plus fortement impactées par le trafic de drogue", selon Olivier de Mazières, préfèt de police des Bouches-du-Rhône.

Une des mesures phare de ce plan est la création de l'Ofast : l'office anti-stupéfiants. Il s'agit d'expérimenter le décloisonnement des informations de terrains entre les différents services (douane, police, gendarmerie...). 150 enquêteurs font désormais partie de l'Ofast et Marseille fait figure d'exemple pour l'application de ce plan.

Ce plan va-t-il permettre de limiter les règlements de comptes sanglants à Marseille ? Dimanche 27 octobre, un homme de 26 ans a été tué par des tirs de kalachnikov dans le 13e arrondissement, un autre a été blessé. Un probable règlement de comptes, selon le procureur de la ville Xavier Tarabeux.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus