"Amiante, nos écoles malades" : cinq questions sur l'enquête choc dans les écoles à Marseille diffusée sur France 5

Lundi 4 mars prochain, à 21h05 France 5 va diffuser un documentaire sur la présence d'amiante dans les écoles françaises et notamment à Marseille. Une enquête inédite de "Vert de rage".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce lundi 4 mars, une enquête au long cours de la série documentaire Vert de rage va être diffusée sur France 5 à 21h05. Ce projet intitulé Amiante, nos écoles malades présente les travaux de journalistes et scientifiques qui ont sillonné la France et ont procédé à des prélèvements dans des écoles contenant potentiellement de l'amiante pour en vérifier les niveaux. Certains résultats font froid dans le dos. Marseille n'échappe pas à l'enquête. Selon leur étude, 25 % des écoles en région Paca contiennent des matériaux amiantés.

Comment s'est déroulée cette enquête ?

"Pendant un an, Mathilde Cusin, Martin Boudot et l’équipe de "Vert de rage" ont enquêté sur le nombre d’écoles en France contenant encore de l’amiante. Dans toute la France, 50 000 écoles et 35 000 mairies qui en ont la responsabilité ont été contactées par les journalistes. Des dizaines de prélèvements ont ensuite été réalisés dans certains de ces établissements pour mesurer avec l’aide de scientifiques la contamination à l’amiante", indique le site de France TV qui présente l'enquête inédite.

L'enquête des journalistes de Vert de rage pointe qu'il y a encore de nombreux matériaux amiantés et dégradés qui émettent des fibres d'amiantes dans les écoles. Les tests surfaciques ont été analysés par le docteur Maxime Misseri, chercheur associé de l'université de Technologie de Compiègne. "Cette étude met en évidence que les dispositions actuellement prévues ne sont pas satisfaisantes et que des mesures complémentaires devraient être envisagées."

Le chercheur ajoute : "l'accumulation de poussières d'amiante peut être significative et ces particules peuvent être remises en suspension par les usagers du bâtiment et en particulier les écoliers et alors représenter un danger pour leur santé leurs voies respiratoires étant plus basses que celles d'un adulte."

Combien d'écoles concernées à Marseille ?

Selon Marsactu qui avait déjà échangé avec les journalistes spécialisés dans l'environnement au moment de la diffusion des premiers éléments, 85 écoles sur les 470 que compte la Ville présenteraient des traces d'amiante à des niveaux différents.

>> Amiante : votre école fait-elle partie des milliers d'établissements encore concernés, 20 ans après l'interdiction ?

Pour savoir si votre école est concernée, Franceinfo a publié un moteur de recherche pour connaître la situation dans votre école à partir d'un recensement inédit sur la présence d'amiante dans les établissements scolaires, réalisé par les équipes de la série "Vert de rage".

Selon La Provence, qui se base une ébauche d'étude de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement (ONS), aujourd’hui dissous, 80% des lycées professionnels, 77% des lycées généraux et technologiques, 73% des collèges et 38% des écoles sont concernés, dont au moins 369 écoles élémentaires et maternelles de la région, 85 à Marseille.

Quels sont les risques de l'amiante sur la santé ?

"L’amiante est un matériau naturel fibreux, qui a été utilisé pendant plus de 130 ans, et ce, de manière massive dans les années 70, comme isolant (protection incendie, thermique et phonique) et pour ses propriétés de résistance mécanique. La commercialisation de l’amiante a été interdite le 1ᵉʳ janvier 1997", indique le ministère de l'Éducation nationale sur son site dans un guide à destination des personnels de l'Éducation Nationale. 

L'amiante est un cancérogène sans seuil, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : une seule fibre peut suffire à provoquer un cancer. Il a été utilisé dans la construction des bâtiments jusqu'en 1997. Or, selon Vert de rage, 85% des établissements scolaires en France ont au moins un bâtiment construit avant juillet 1997 et l'interdiction de l'amiante.

En théorie, n'importe quel parent d'un enfant scolarisé peut exiger de consulter le Diagnostic Technique Amiante (DTA) auprès du chef d'établissement. Mais de nombreux parents ont confié à Vert de rage que cela leur avait été refusé.

Que dit la loi sur le diagnostic d'amiante dans les écoles ?

"Les bâtiments dont le permis de construire a été délivré après le 1ᵉʳ juillet 1997 ne contiennent pas de matériaux amiantés. Pour les parties communes des immeubles collectifs d’habitation ainsi que les autres immeubles bâtis (écoles, etc.) dont le permis de construire a été délivré avant cette date, le propriétaire a l’obligation de faire réaliser un diagnostic dont les résultats sont consignés dans le dossier technique amiante (DTA). Le DTA est un état des lieux de l'amiante visible, sans destruction des matériaux, donc non exhaustif", précise le guide d'information de l'amiante aux personnels de l'Éducation nationale.

Comment réagissent les autorités ?

Plus de 26 ans après son interdiction, l'amiante est toujours présente malgré les DTA. Le député LFI Louis Boyard a annoncé mercredi 14 juin 2023 qu'il allait demander la création d'une commission d'enquête parlementaire sur la présence d'amiante dans, selon lui, "huit classes sur dix", dénonçant une "bombe sanitaire" et la "passivité criminelle" du gouvernement. 

En juin 2023, Pierre-Marie Ganozzi, l’adjoint en charge du Plan écoles et du bâti scolaire de la Ville de Marseille, assurait de l'absence de danger liée à cette présence d'amiante. "Je veux rassurer tout le monde, déclarait-il dans La Provence, il n’y a pas de danger immédiat dans les écoles de Marseille, assure l’élu. S’il y a un danger, on ferme, c’est le principe de précaution". Ce 29 février, la mairie de Marseille a indiqué sur X avoir hérité de DTA datant de longue date, et dit avoir pris le problème à bras-le-corps. "Des travaux sont réalisés dans toutes les écoles de Marseille", écrit Eric Méry, conseiller à l'urbanisme.