• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Attaque de Marseille : ce que l'on sait du tueur de la gare Saint-Charles

Conférence de presse du Procureur Molins 2/10/2017

Le procureur de Paris François Molins a tenu une conférence de presse à 12H00 pour donner les derniers développements de l'enquête en cours après la mort de deux jeunes filles, à Marseille. L'homme avait été interpellé à Lyon le 29 septembre et placé en garde à vue pour vol.

Par Annie Vergnenegre

►Les caméras de surveillance montrent qu'après être resté sept minutes à attendre assis sur un banc sur le parvis de la gare, il s'est soudainement levé et dirigé vers une première victime à laquelle il a porté plusieurs coups de couteau avant de partir en courant. Puis, il a fait "un mouvement circulaire", dit le procureur Molins, "il est revenu sur ses pas et a agressé une deuxième victime à qui il a pareillement asséné plusieurs violents coups de couteau".

Une passante a courageusement tenté d'intervenir en portant à l'auteur des coups avec un porte-drapeau

a relaté François Molins.
► Le procureur de Paris a confirmé que l'agresseur a crié trois fois "Allah Akbar" au moment où il a poignardé ses deux victimes.
►L'homme s'est servi d'un couteau muni d'une lame d'une vingtaine de 20 cm qui a été retrouvé à dix mètres de son corps quand il a été abattu et il portait sur lui un petit couteau de cuisine en inox. 
Un téléphone portable, un Iphone, retrouvé sur lui est en cours d'analyse 
►L'individu a fait l'objet de 7 signalements depuis 2005 sous 7 identités différentes 

SDF et Toxicomane 


►Lors de sa dernière interpellation, en 29 septembre 2017 à Lyon, il a été placé en garde à vue pour vol à l'étalage. Il a présenté aux policiers un passeport tunisien au nom de Ahmed H. délivré le 18 novembre 2014 et donnant comme date de naissance le 9 novembre 1987 à Bizerte en Tunisie. Le passeport est en cours d'authentification. L'homme a été libéré le 30 septembre en fin d'après-midi faute de preuves. 
► Il avait indiqué aux policiers lyonnais, vivre à Lyon sans domicile fixe, et être sans emploi en dehors de mission non déclarée de peintre.
► Il avait reconnu être consommateur de drogues dures et disait être divorcé.
Aucune condamnation ne figure sur son casier judiciaire. 




Sur le même sujet

L'absence de Tarantino au festival de Cannes 2019 (06)

Les + Lus