Bouches-du-Rhône : faut-il craindre le retour du port du masque en extérieur comme dans le Var ?

À la veille d'une nouvelle mobilisation annoncée des anti-pass sanitaire et alors que le Var est passé en restrictions renforcées, faut-il s'attendre à des mesures plus strictes dans les Bouches-du-Rhône, où la situation épidémique continue de se dégrader ?
Variant Delta, arrivée massive de touristes et relâchement estival sur les gestes barrières : le taux de contamination continue de monter dans le département.
Variant Delta, arrivée massive de touristes et relâchement estival sur les gestes barrières : le taux de contamination continue de monter dans le département. © Mélanie Leblanc / France Télévision

Le projet de loi sur le pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour les soignants a été adopté à l’Assemblée nationale ce vendredi matin, mais la contestation contre cette mesure ne faiblit pas. Une nouvelle manifestation des opposants au pass sanitaire et à l’obligation vaccinale est prévue ce samedi 24 juillet à Marseille. 

Dans le même temps, les tours de vis se multiplient un peu partout et notamment dans le Var. Ces dernières semaines la situation épidémiologique s’est significativement dégradée en région Paca. 

Dans les Bouches-du-Rhône, les indicateurs sont au rouge et le département pourrait bientôt lui aussi basculer en restrictions renforcées. France 3 vous explique pourquoi. 

Les Bouches-du-Rhône font partie des cinq départements les plus touchés par le Covid-19 en métropole. Le taux d'incidence (nombre de cas Covid pour 100.000 personnes) continue de grimper, il est aujourd'hui à 226.

C'est presque quatre fois plus que la semaine précédente.

Des mauvais chiffres, qui pourraient amener les Bouches-du-Rhône à suive l'exemple du Var qui a renforcé ses restrictions sanitaires : le masque est devenu obligatoire en extérieur dans 58 communes. 

Le département des Bouches-du-Rhône est un plus mauvais élève que son voisin : le taux d'incidence est de 226, contre 138 dans le Var. 

Le taux d'incidence progresse tout particulièrement chez les 20-40 ans. "Cela s’explique notamment par une vaccination moins étendue au sein de cette tranche d'âge et également à une importante vie sociale durant la période estivale.", explique l'ARS (Agence Régionale de la Santé) Paca. 

Les Bouches-du-Rhône sont aujourd'hui le département où il y a le plus de personnes en réanimations. Au niveau de la région, selon les données fournies par l'ARS Paca, le taux d'occupation des lits est de 24,3 %.

Paca fait partie des cinq régions, où "on voit qu'il commence à y avoir une augmentation du nombre de patients en réa", a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran jeudi au Sénat.

On peut penser que dans un premier temps la tranche d’âge principalement touchée par le rebond épidémique à savoir les 20/40 ans limitera l’impact sur les hospitalisations en réanimation. Dans un deuxième temps, on peut craindre que la contagion gagne les tranches d’âges plus élevées et que le risque de cas graves sera réel.

Service de communication de l'ARS Paca

Si comme dans le reste du pays, depuis la fin du mois d'avril le nombre de personnes en réanimation décroit, la courbe est en train de se stabiliser et pourrait bien repartir à la hausse. L'ARS Paca indique les hospitalisations de malades Covid sont reparties à la hausse depuis deux semaines.

Une tendance également observée par les pompiers du département. Sur la semaine du 12 au 18 juillet, les interventions liées au Covid ont augmenté de 32 %. 

Sur sa page Twitter, l'Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM) appelle la population à se faire vacciner pour éviter la surcharge des hôpitaux. 

Le problème, c'est que se faire vacciner est devenu plus compliqué. Depuis les annonces d'Emmanuel Macron le 12 juillet, la demande a fortement augmenté dans les Bouches-du-Rhône et n'est pas absorbée par les lieux de vaccination.

Durant la semaine qui a suivi ces annonces, deux fois plus de personnes ont reçu une première dose que durant la semaine précédente. Au 18 juillet, 61,2 % de la population de 12 ans et plus avait reçu au moins une première injection de vaccin et 51,6 % avait bénéficié d’un schéma vaccinal complet.

Avec la présence de nombreux touristes sur le territoire provençal et la part de la population qui travaille dans les secteurs où le pass sanitaire va être obligatoire, les lieux de vaccination sont pris d'assaut.

Pour y faire face, l'Union régionale des professionnelles de santé et des médecins libéraux en Paca demande de  recevoir davantage de vaccins, ils dénoncent une pénurie de doses. 

Avec 57 clusters, les Bouches-du-Rhône sont le département en Paca le plus touché. Pour les marins-pompiers de Marseille, mobilisés quotidiennement pour faire le suivi de la présence du Covid dans les eaux usées de la ville, la flambée du variant Delta est bien là.

Le variant plus contagieux est fortement détecté dans plusieurs quartiers de la cité phocéenne, dont celui très touristiques de la Pointe-Rouge. Les clusters sont liés à des réunions familliales ou des lieux festifs nocturnes explique l'ARS. L'inquiétude est maintenant de savoir si cette recrudescence des contaminations aura des répercussions sur les admissions en réanimation. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société