Bouches-du-Rhône. Plus d'un mois après l'incendie de l'usine de Saint-Chamas, le feu est éteint

Publié le Mis à jour le
Écrit par Carla Lubrano

Le Service départemental d’incendie et de secours des Bouches du Rhône a annoncé avoir réussi à éteindre en totalité les déchets qui avaient pris feu au centre de tri Recyclage Concept 13 à Saint-Chamas. Un laboratoire spécialisé a réalisé un examen de la composition des déchets toujours entreposés sur le site afin de procéder à leur évacuation vers une décharge appropriée. Le maire de la ville est soulagé.

Une reconnaissance du site a été réalisée à l'aide d'un drone équipé d'une caméra thermique précise la préfecture des Bouches-du-Rhône dans un communiqué de presse.

La semaine prochaine, la Métropole Aix-Marseille-Provence prendra en charge les premiers tas de déchets afin de les acheminer vers des décharges adaptées. Dans le but d’éviter le risque de pollution des nappes phréatiques et de la rivière Touloubre, les eaux d’extinction seront recueillies vers un bassin de rétention et traitées sous le suivi de l’agence de la transition écologique (Ademe).

Atmosud a relevé une diminution nette des concentrations journalières en PM10 (particules fines) à proximité immédiate du site. Le nombre de signalements pour des symptômes irritatifs à lui aussi baissé selon le même communiqué.

Didier Khelfa, maire de Saint Chamas, se dit heureux et soulagé que le feu soit enfin éteint. "Plus de fumées qui se dégagent donc plus de pollution de l’air" a-t-il déclaré. Cela dit, il estime à plusieurs semaines le temps d’enlever tous ces déchets.

Ces derniers, souligne l'élu, "ne sont pas considérés comme dangereux". Il s'en réjouit mais tient à rester vigilent quant à la suite des évènements. "On voit enfin le bout du tunnel mais il faudra suivre les retombées éventuelles à court, moyen et long terme".

Didier Khelfa affirme qu’une étude environnementale va être engagée pour le sol, l’air et l’eau et qu’il faudra, avec l’agence régionale de santé, faire le suivi des maladies déclarées.  

Le maire, très préoccupé par la situation s'est engagé à faire abroger la loi qui permet à des entreprises de démarrer leur activité de stockage de déchets sur simple déclaration faite sur internet, notamment via une pétition relayée sur les réseaux sociaux. 

Didier Khelfa assure que son combat continue pour changer les lois et règles en matière de déclaration ICPE, installations classées protection de l’environnement. "La plainte déposée par la commune se poursuit car il faut faire reconnaître les préjudices écologiques et sanitaires, mais aussi sanctionner les responsables" a-t-il conclu.