Braconnage dans le parc des calanques : un chasseur sous-marin pris en flagrant délit avec un mérou

Lors d’un contrôle de routine ce mercredi 11 décembre, les gardes du Parc national des Calanques ont découvert un mérou braconné à bord d'une embarcation.

Ce mérou a été braconné dans le secteur du Bec de l'Aigle.
Ce mérou a été braconné dans le secteur du Bec de l'Aigle. © Parc national des calanques
Ce chasseur sous-marin pris en flagrant délit de braconnage dans les eaux du parc national des Calanques risque gros.

Ce mercredi 11 décembre, il s'est fait prendre par les agents moniteurs du parc sur le secteur du Bec de l’Aigle. A bord, ils ont saisi un mérou braconné. 

Passible de 22 500 euros d'amende

"Une procédure a été ouverte" indique le parc qui rappelle que l'infraction est passible d'une amende maximum de 22 500€ ainsi que la confiscation du matériel ayant servi à l'infraction. Le non-respect des règles d'interdiction de pêche de loisir dans un Parc national est également passible de sanctions pénales."

Un cas qui n'est pas isolé

Espèce emblématique des Calanques, le mérou est protégé par un moratoire interdisant sa pêche jusqu’en 2023. Tout indique que cette interdiction n'est pas respectée.  

Pour preuve, le 11 juillet 2018, quatre hommes ont été condamnés à des peines de 15 à 18 mois de prison avec sursis pour avoir pêché dorades, mérous, poulpe et ousins...  dans les eaux du parc, pour un préjucide estimé à 450 000 euros. 

"Depuis la création du Parc national, ce poisson est de retour sur le territoire des Calanques, constate le parc. Une dynamique de population défavorable est pourtant observée sur le secteur Bec de l’Aigle - Ile Verte, laissant à penser que des faits de braconnage pourrait être perpétrés localement." 

D'où le renforcement des contrôles, qui ont donc porté leurs fruits. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie justice société méditerranée mer nature