Calanques de Marseille : l'île de Riou, le paradis du lapin de garenne

Lapin de garenne / © Christian Watier / Maxppp
Lapin de garenne / © Christian Watier / Maxppp

Au XVIIIème siècle, les gardes de la Vigie de Marseille, surveillants des entrées maritimes, ont introduit sur l'île de Riou le lapin de garenne. Le mammifère y trouve depuis un vrai coin de paradis. Pourtant, sa présence bouleverse l'écosystème insulaire.

Par Vanessa Fabre, GB

L'archipel de Riou est au cœur du mystère de l'avion disparu de l'auteur-aviateur Saint-Exupery. En 1998, un pêcheur marseillais, Jean-Claude Bianco, remontait dans ses filets la gourmette gravée au nom du père du "Petit Prince".

Curieux d'en savoir plus, le plongeur Luc Vanrell partit à la recherche de l'épave du Lockheed P 38 Lightning. L'explorateur retrouvait les fragments de la machine au large de l'île de Riou en 2008. Un point final était mis aux interrogations du dernier vol de l'auteur.

Tout comme les débris de l'appareil de l'écrivain, nos amis les lapins de garenne ont atterri au beau milieu de l'archipel de Riou...

Instant magique, la sortie du lapin sur l'île de Riou

Un plaisancier et pêcheur-amateur marseillais, Christophe Joly, nous raconte qu'au crépuscule, les lapins quittent leur terrier.

Sur le chemin, direction le restaurant Chez le Belge, Christophe a pour rituel de faire un crochet dans la Calanque de Monastério. Il jette l'ancre du bateau sur la face nord-ouest de l'île. L'exploration en famille va débuter.

La lumière du jour faiblit, les parents et leurs enfants ouvrent bien leurs yeux. Les chérubins sont rivés sur la colline. Le panorama est splendide. La plage au sable blanc s'obscurcit. Le silence est quasi total. Petits et grands attendent impatiemment qu'un lapin abandonne sa cachette.

Ca y est... il apparaît ! L'animal regarde autour de lui, se rassure, et commence à arpenter la garrigue. Les œilletons des observateurs s'illuminent, c'est l'émerveillement général ! Le père de famille ne se lasse pas de ces instants. Cadeau fabuleux qu'offre dame Nature, nous dit-il.

Cela fait longtemps, pour nous, que l'île de Riou n'est pas seulement l'île aux rats !

Si ces tréfonds sont bien planqués, c'est effectivement parce que l'accès de l'île aux visiteurs est limité. Difficile donc de découvrir toutes les beautés que dissimule le site.
Débarquement d'un bateau de plaisance à Marseille / © PHOTOPQR/LA PROVENCE
Débarquement d'un bateau de plaisance à Marseille / © PHOTOPQR/LA PROVENCE

L'île de Riou, l'île aux mystères

L'atterrissage miraculeux du lapin de garenne au large du massif des Calanques est une des autres énigmes de l'île.

D'après la Société Nautique Corniche cette migration animale aurait débuté au XVIIIème siècle. Les lapins de garenne ont été introduits sur l'archipel de Riou par les gardes de la Vigie. 

Alain Mante, responsable du secteur "littoral ouest et archipels" du Parc National des Calanques (PNC), explique que la prolifération aisée de cette espèce assurait des denrées alimentaires aux gardiens vivant sur place.
Un des points culminant de l'archipel de Riou / © Mélanie Frey / FTV
Un des points culminant de l'archipel de Riou / © Mélanie Frey / FTV

L'île de Riou, le paradis du lapin de garenne 

Les cousins de Bugs Bunny connaissent sur l'île un biotope particulièrement bénéfique à leur croissance.
  • Absence de prédation efficace sur l'ensemble du territoire
  • Fréquentation réglementée sur l'île
  • Dopage de la biomasse végétale par la déjection des Gabians
  • Humidité liée aux entrées marines
  • Aucun chasseur tenant un fusil à l'horizon

Toutes les conditions nécessaires au bon développement du mammifère sont réunies.

Programme LIFE sur l'île de Riou

Olivier Tourrette, technicien de la FDC 13 (Fédération Départementale des Chasseurs des Bouches-du-Rhône), confie qu'il y a plus de sept ans en arrière il participait à un test de la régulation de la population des lapins de garenne sur l'île.

Tous les jours, avec l'aide des gardes du littoral, il capturait une ou deux bêtes. En très bonne santé, sexués et vaccinés, ils étaient remis, entre autres, à Daniel Franchi le directeur de la Société de Chasse de Mazargues. Ce programme, intitulé LIFE, avait été mis en place par le CEN PACA (Conservatoire d'Espaces Naturels de Provence-Alpes-Côte d'Azur).

La végétation locale de l'île était favorable au bon essor du lapin de garenne. Leur immunité s'était renforcée. Ils devenaient plus résistants contre la maladie de la myxomatose (...) Aujourd'hui je travaille sur le secteur 12 de la Côte Bleue et je constate, de nouveau, qu'il y a moins de pics de maladies sur le littoral qu'à l'intérieur des terres

René Tellini, trésorier et garde-chasse de la Société Provençale des Chasseurs Réunis, confirme que les lapins de garenne étaient prélevés sur l'île car ils étaient trop nombreux. Leur présence venait chambouler l'écosystème de l'île.

Les actions induites par le programme LIFE contribuaient ainsi au repeuplement du gibier à poils sur terre. Les sociétés de chasse les récupéraient et les relâchaient dans le massif des Calanques du continent comme à Marseilleveyre par exemple.

La faune et la flore de l'archipel de Riou sont une réserve intégrale à terre et en mer depuis l'existence du Parc National des Calanques. Depuis c'est "zéro prélèvement".

L'opération de régulation de la population des lapins sur l'île de Riou venait, certes, en aide au repeuplement de la population des lapins de garenne sur le continent, mais elle avait surtout pour dessein de tester un plan d'actions qui voulait étudier l'impact de la diminution de la densité des mammifères sur la reproduction des Puffins de Scopoli.

Ces interventions furent abandonnées car l'importance des manipulations aboutissaient à peu de résultats.

La myxomatose, tueuse du lapin de garenne

Depuis les années 1970, avec l'arrivée de la consommation massive, les Goélands trouvent dans le gaspillage humain des ressources alimentaires facilement disponibles.

En 2005, la population des Gabians a explosé. Il lui suffit d'effectuer des allers et des retours quotidiens entre les décharges marseillaises et l'île pour nourrir les jeunes.

Leurs régurgitations organiques ont réalisé un transfert des matières. Les oiseaux ont, indirectement, enrichi le sol. La population des rats noirs s'est mise à grandir et les lapins ont contracté des maladies comme la myxomatose.

En plein été plus particulièrement, trouver des cadavres de lapins aux bords des sentiers est courant.

Alain Mante, responsable du secteur "littoral ouest et archipels" du PNC, explique que l'envergure du peuplement des lapins est cyclique. Cet animal prolifère très facilement. Les densités s'autorégulent avec l'arrivée périodique des maladies.

Lapin de garenne et puffin, une difficile cohabitation

Les Puffins de Scopoli représentent une espèce protégée au niveau mondial. Ils sont de la famille des albatros. Autres joyaux mystérieux de l'île de Riou, ils sont des oiseaux de haute mer.

Les Puffins cendrés ont la particularité d'abriter leurs colonies de reproduction sur terre. En France, leurs sites de nidification se nichent dans les cavités naturelles et les terriers de l'archipel de Riou, des îles du Var et de la Corse. Dans les années 2000, les colonies de Puffins étaient mises en péril par un échec considérable de leur reproduction. Le programme LIFE luttait pour la sauvegarde de cette espèce menacée alors.

Notre ami "boule de poils" est attendrissant et plaisant à contempler mais il est surtout nuisible à l'écosystème insulaire.

Alain Mante imagine que réaliser une étude sur la faisabilité de l'éradication totale de l'espèce sur les îles de Marseille pourrait être fort utile. Une des missions importante du Parc National des Calanques étant de favoriser la recolonisation des Puffins cendrés. 

Comme toute espèce introduite, le lapin de garenne contribue à bouleverser l'écosystème insulaire de l'île de Riou. L'écrasement des œufs et des poussins ainsi que la destruction des nids logés dans leurs terriers mettent en échec la descendance des oiseaux nicheurs.

Pour éviter cette concurrence, des galeries artificielles furent installées. Les Puffins avaient ainsi à disposition des cavités plus sécures.

L'île de Riou, sanctuaire protégé des puffins

La protection mondiale des Puffins est la responsabilité de chacun. Un des enjeux essentiel du Parc National des Calanques de Marseille  est de protéger cette espèce. 

Le bagage des animaux, avant leur envol vers l'Afrique où ils passeront l'hiver, est un des moyens d'action des garde-moniteurs.

La vidéo qui suit dévoile les procédés de contrôle de la santé des individus et illustre le suivi des populations. Des images fabuleuses des Puffins de Scopoli sont au rendez-vous.

Le lapin de garenne grand amateur de la flore de l'île de Riou

La flore de l'île de Riou appartient elle aussi à l'écosystème très examiné du site. L'archipel compte une vingtaine d'espèces protégées. Cette biodiversité est capable de pousser sur les milieux pauvres et s'adapte splendidement aux conditions sèches et aux embruns salés. La végétation insulaire évolue seule mais reste très vulnérable.

La biomasse issue de la déjection des Goélands a fait naître des espèces banales et invasives. Introduites indirectement, elles ont entraîné un déséquilibre et se sont mis en conflit avec la flore originelle. Les orties, par exemple, viennent capter la lumière et pénalisent les plantes protégées.

Face à cette abondance, le lapin de garenne (et les rats noirs) de l'île consomment ainsi un large choix de végétaux. Leurs comportements peuvent entraîner une raréfaction de la flore insulaire. Cela fut le cas de la Cornille de Valence et de l'Epiaire à rameaux courts.

Le Parc National suit de près ces espèces sensibles afin de garantir l'évolution de l'écosystème insulaire.

Une réglementation pour un comportement écoresponsable

Alain Mante rappelle que le Puffin est un animal très sensible au dérangement. L'interdiction d'accès sur l'île, mise en place d'abord par la Réserve Naturelle de Riou, a été renforcée par le Parc National des Calanques. Défendre la quiétude du lieu est capital à leur bonne reproduction.

Considérée comme le temple des oiseaux marins, la fréquentation humaine de l'île est extrêmement cadrée.

La réglementation du Parc National des Calanques n'autorise pas les visites mais "tolère" celles des plaisanciers propriétaires de leur propre bateau (...) Le débarquement est interdit entre le lever et le coucher du soleil sauf sur la face nord-ouest de l'île. Il faut comprendre que c'est dans cet intervalle de temps que les oiseaux marins rejoignent leurs colonies pour nourrir les poussins.

Réserve intégrale, toute activité commerciale est prohibée dans l'archipel. Si vous aviez pour idée de vous rendre sur le site en louant un bateau avec skipper : mauvaise idée ! 

Les possibilités d'approche du joyau sont indiquées sur cette carte :
En bout de course, le devenir de la faune et la flore de l'archipel de Riou est un problème de société. La montée en flèche du gaspillage humain entraîne en cascade des désastres considérables sur l'environnement.

L'amplification de la population des Goélands, la prolifération des rats noirs et des lapins de garenne sont autant de menaces qui peuvent peser sur l'écosystème insulaire de l'archipel.

Mais le lapin de Riou ne se pose pas autant de questions ! Puisque personne ne l'en empêche, il profite paisiblement de son joli paradis au large de Marseille...
 

A lire aussi

Les + Lus