Cinq questions sur les "Uber du médicament" qui livrent à domicile dans les grandes villes comme à Marseille

Dans plusieurs grandes villes en France, il est possible de se faire livrer des médicaments à vélo grâce à différentes applications pour smartphone. On vous explique en cinq questions comment cela fonctionne.

Après les sushis, la pizza et les courses de la semaine, il est désormais possible de se faire livrer des médicaments sans bouger de chez soi dans plusieurs grandes villes en France, dont Marseille. Livmed's, Phacil ou encore Pharmao, plusieurs entreprises proposent ce service parfois 7jours/7 et 24 heures sur 24, jusqu'ici opéré gracieusement par les pharmaciens quand les clients ne peuvent pas se déplacer. 

  • Comment cela fonctionne ?

L'offre de livraison de médicaments n'est pas nouvelle. La Poste propose, en effet, ce service via le site mesmedicamentschezmoi.fr. Mais la démarche est un peu plus compliquée : le livreur doit passer en effet récupérer la carte vitale et l'ordonnance à domicile et livre le jour suivant les médicaments préparés en pharmacie. Les nouveaux services visent à alléger le processus.

Il faut d'abord télécharger une des applications, gratuites. Comme lorsque vous souhaitez vous faire livrer un repas, il faut ensuite indiquer sa position. L'application vous propose alors les pharmacies partenaires ouvertes les plus proches de vous. 

Une fois la pharmacie sélectionnée, vous pouvez télécharger votre ordonnance, scannez votre carte vitale et celle de votre mutuelle. Il suffit ensuite de choisir les médicaments que vous voulez, soit en cherchant le nom directement, soit en naviguant dans les différents menus via vos symptômes : "Digestion", "Douleurs et fièvres", "Bucco-dentaire". Voici comment cela s'affiche, par exemple, sur l'application Pharmao : 

Si vous n'avez pas d'ordonnance, il est possible de sélectionner des médicaments en vente libre. Il faut enfin payer, en ligne, et patienter le temps de la livraison. 

  • Qui est concerné ?

N'importe qui peut commander via ces applications. Les cibles initiales sont les personnes qui ne peuvent pas ou qui ont du mal à se déplacer : les personnes à mobilité réduite, les jeunes parents, les malades qui n'ont pas la force de se lever. 

  • Combien ça coûte ?

La livraison en journée est facturée 4,99 euros chez Livmed's, si la pharmacie choisie se trouve dans un rayon de 3 km de votre domicile. Chaque kilomètre supplémentaire est facturé 1 euro. La nuit, la livraison coûte 9 euros 60. Chez Pharmao, la livraison en 2 heures coûte 7 euros 90. Cela descend à 5 euros 90 pour une livraison dans la journée entre 17h et 21h. 

Les coûts de transport sont parfois pris en charge par la Sécurité sociale ou certaines mutuelles. A cela s'ajoutent enfin les frais de service, 1 euro 94 chez Pharmao par exemple.

  • Quid du secret médical ? 

Avec l'ubérisation de la vente de médicaments se pose la question des données personnelles. L'application Livmed's indique que les médicaments sont transportés dans des sacs hermétiques et scellés permettant le secret médical. Le livreur n'a jamais accès au contenu. Ce dernier possède un sac isotherme "pour garantir la bonne température pour des produits thermosensibles". 

  • Qu'en pensent les pharmaciens ?

"C'est un non-événement", réagit Stéphane Pichon, président du Conseil régional de l'ordre des pharmaciens en Paca-Corse. "Cela fait des années que les pharmaciens livrent leurs clients âgés, fatigués, alités. Je ne connais pas un pharmacien qui ne livre pas". 

Pour Stéphane Pichon, ce ne sont pas les personnes âgées qui vont télécharger en premier ces applications. "C'est plus facile d'appeler son pharmacien, et c'est important ce contact humain."

Lorsque que je livre, je reste discuter un peu, je ne dépose pas les médicaments sur le pallier.

Stéphane Pichon, président du Conseil régional de l'ordre des pharmaciens en Paca-Corse

à France 3 Provence-Alpes

Afin de conserver le relationnel, Livmed's propose de téléphoner directement au pharmacien pour demander conseil, ou bien de tchatter avec lui via la messagerie instantanée de l'application. "Mais pourquoi ne pas demander à son voisin ? Les personnes qui ne peuvent pas se déplacer sont isolées", répond Stéphane Pichon, avant de rappeler le rôle "essentiel" de la pharmacie, révélé pendant la crise du Covid : "C'était l'un des seuls endroits où l'on pouvait se déplacer. Les gens venaient parler. C'est le lien social". 

Si les pharmaciens continuent de livrer les médicaments gratuitement, les start-ups semblent avoir néanmoins trouvé un public. En région Paca, la plateforme niçoise Livmed's, fondée par deux amis Talel Hakimi et Mehdi Matyja en 2019, a vu la demande exploser avec la pandémie de Covid-19.

L'entreprise azuréenne a levé 5 millions d'euros auprès de Sanofi en décembre 2022. Aujourd'hui, le service est disponible dans 200 villes de France et tend à se développer dans les zones rurales touchées par les déserts médicaux