Colère des policiers à Marseille : le mouvement fait tache d'huile et met au ralenti les plus gros tribunaux de France

Le mouvement de contestation des policiers parti de Marseille se répercute jusqu'en Seine-Saint-Denis, l'un des départements les plus criminogènes de France, où le nombre d'interpellations et de procédures judiciaires en flagrance a drastiquement chuté ces derniers jours.

L'incarcération d'un policier de la BAC pour violences sur un jeune Marseille début juillet, a des répercussions dans les plus gros tribunaux de France ce jeudi 27 juillet. Service minimum ou arrêt maladie, l'activité judiciaire est considérablement ralentie cette semaine,de sources judiciaires.

En Seine-Saint-Denis, l'un des départements les plus criminogènes de France, le nombre d'interpellations et de procédures judiciaires en flagrance a ainsi drastiquement chuté ces derniers jours.

"L'impact du mouvement social ou de grogne qui existe au sein de la police est très notable. Cette nuit, il y a eu 15 gardes à vue, la nuit précédente 17 et la nuit d'avant encore 18. Alors qu'habituellement nous avons entre 35 et 70 gardes à vue par nuit", a déclaré le procureur de la République de Bobigny Eric Mathais.

Ces volumes sont tellement bas que le tribunal de Bobigny ne tient jeudi qu'une seule audience de comparution immédiate, contre deux en temps normal, avec seulement quatre dossiers à juger. "Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas vu cela en Seine-Saint-Denis", deuxième plus grosse juridiction du pays après Paris, a constaté M. Mathais.

Le procureur nuance toutefois l'ampleur de cette baisse en relevant qu'une certaine accalmie s'est installée après les émeutes qui ont éclaté à la mort de Nahel, jeune de Nanterre tué par un policier lors d'un contrôle routier.

"70 voire 75% d'activité en moins" à Marseille

"Des faits très graves comme des règlements de comptes ou des vols avec violences, qu'on a souvent en multiples l'été, force est de constater qu'on en a beaucoup moins depuis une semaine. Pour toute une série de raisons, il y a moins d'activité que d'habitude", a relevé le représentant du parquet.

De l'autre côté du périphérique, à Paris, le nombre de défèrements à la section du parquet qui gère la permanence a été réduit de moitié, a indiqué une source judiciaire.

À Marseille, d'où est parti le mouvement de contestation des forces de l'ordre après l'incarcération d'un policier de la BAC (brigade anti-criminalité), le nombre de défèrements est "bas voire historiquement bas" pour la juridiction avec "70 voire 75% d'activité en moins", a indiqué une source judiciaire locale.

"L'urgence reste traitée, les faits graves", a précisé cette source. Mais si le mouvement de grogne perdurait, la situation pourrait devenir problématique car "nous faisons face à une délinquance qui, elle, ne s'arrête pas", a ajouté cette source judiciaire, à Marseille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin rencontre les organisations syndicales ce jeudi soir en soirée. 

Avec AFP

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité