Coronavirus : accidents, feux de forêts... les pompiers redoutent l'après confinement

Avec l’arrivée des beaux jours, l’excitation du déconfinement et la saison des feux de forêt qui démarre, les pompiers des Bouches-du-Rhône se préparent déjà à un important regain d’activité au mois de mai.  

Image d'illustration. Incendie dans les Bouches du Rhône, 9 juillet 2000
Image d'illustration. Incendie dans les Bouches du Rhône, 9 juillet 2000 © Florian Launette / MaxPPP
C'est inévitable. Le confinement devrait entraîner une hausse de la circulation routière, une reprise des loisirs ou autres sorties en montagne. Autant de facteurs favorables à une explosion du nombre d’accidents, selon les pompiers des Bouches-du-Rhône. Ils se tiennent déjà prêts à affronter un regain d’activité.  
 
À Marseille, le Lieutenant-colonel Nicolas Faure redoute une “période de relâchement, qui peut être assez sensible opérationnellement”. Il planifie déjà l'après-11 mai : “On va devoir s’adapter, mobiliser davantage d’effectifs.” 
 

La peur d’une seconde vague de Coronavirus 

Le confinement aura été une période plutôt calme pour les pompiers du département. Avec une circulation ralentie et une population à l'arrêt, leur activité a diminué de 30% au mois de mars. Néanmoins, ils craignent un effet boomerang.

Nicolas Faure précise : “Jusque-là, on a pu encaisser les interventions liées au Covid-19, car durant le confinement il y a eu moins d’accidents, donc une baisse d’activité pour nous.” 

Mais à la veille du déconfinfment, il envisage le pire : un retour à la normale cumulé à un retour du coronavirus. “On fait un travail d’anticipation, on imagine tous les scenarios possibles. Le pire serait le cumul de l’activité saisonnière des beaux jours, qui comprend les risques de feux de forêt ou accidents de loisirs, avec une seconde vague de Covid-19."  

Si sa crainte est forte, c’est qu’il anticipe aussi une baisse d’effectif inéluctable après le déconfinement : “On va devoir planifier plus de pompiers. Mais le paradoxe c’est que si l’activité reprend, nos pompiers volontaires vont être moins disponibles : ceux qui sont salariés vont reprendre le travail, ceux qui sont artisans vont devoir rattraper le manque à gagner de la crise. On va devoir composer avec le seul effectif des professionnels.” 

Sur les réseaux sociaux, les pompiers 13 ont déjà commencé des campagnes de prévention aux feux de forêts :
 
 
Pour se préparer au mieux, les brigades se calquent sur leurs semblables d’outre-alpes : “On suit ce qui se passe à l’étranger, en Italie notamment. On observe leur évolution, on va suivre attentivement le déconfinement qu’ils s'apprêtent à enclancher.” 
 

Des pompiers moins bien préparés à l’été ? 

 
Le printemps est d'habitude une période de préparation importante pour les soldats du feu, avant la haute-saison. Mais durant le confinement, toutes les formations ont dû être reportées. Cela comprend notamment les stages annuels d’entraînement aux feux de forêts.

Pour autant, il n’est pas question d’être moins bien formé cette année que les années précédentes. Le lieutenant-colonel l’assure : “Depuis la semaine dernière on a repris les stages, les manœuvres et les formations, en respectant les gestes barrières.”  

Les pompiers 13 ont pu reprendre leurs exercices, comme le secours en montagne :

Les sapeurs des Bouches-du-Rhône comptent bien être au rendez-vous : ”On va rattraper ce retard. Le défi va être de mettre les bouchées doubles pour être prêt au début de la saison.”  
 
Le pompier s’en remet désormais au gouvernement. Il espère un déconfinement lent et gradué : “On dépend des décisions politiques. Plus le déconfinement sera progressif, plus ce sera facile pour nous.” 
 
Il conclue : “On est préoccupés, mais on se met en posture de pouvoir répondre à toute hausse d’activité. On sera prêts pour le début de la saison.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société coronavirus : conseils pratiques pompiers incendie sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter