Coronavirus : des étudiants hospitaliers aident malades et familles à garder le lien avec des appels vidéo

Dans la lutte contre le Covid-19, garder le moral est primordial. Face à la restriction des visites, des étudiants hospitaliers à Marseille proposent aux personnes hospitalisées et à leurs proches de garder le lien en se retrouvant en appels vidéo sur tablette. 

Paul Laborier avec une patiente Covid qui reçoit un appel vidéo de sa famille dans sa chambre.
Paul Laborier avec une patiente Covid qui reçoit un appel vidéo de sa famille dans sa chambre. © Paul Laborier
Un visage qui réchauffe le coeur, un voix qui redonne le sourire. Par écran interposé, ce patient est à nouveau en contact direct avec sa famille.

Et c'est un peu de la vie de l'extérieur qui pénètre dans cette chambre d'un service Covid de l'hôpital de la Timone, à Marseille, où les visites sont interdites. 

C'est bon pour le moral

"D'habitude ce patient ne communique pas du tout avec l'équipe médicale ou dit des choses incompréhensibles et là, quand il a vu son fils qu'il n'a pas vu depuis longtemps, il s'est mis à répondre à ses questions, témoigne Paul Laborier, étudiant hospitalier en 4e année.

"On a vraiment été surpris des effets immédiats de ces appels sur les patients, qui dépassent les attentes qu'on avait au départ et font chaud au cœur !" ajoute-il.
© APHM
Paul Laborier, Anna Wolski, Véronica Ricci étudiants hospitaliers et Fanny Mariette, interne, sont les bons Samaritains qui ont mis en place ce projet dans les hôpitaux marseillais. 

La démarche s'est imposée très vite comme une nécessité avec la restriction des visites et le "désarroi de nombreux patients et de leurs familles qui ne pouvaient plus communiquer".

Juste de se voir, ils étaient vraiment heureux.

Pour les proches tenus éloignés, ces appels en face à face n'ont pas de prix.

"Il y a souvent une grande anxiété liée à l'hôpital et souvent rien que de voir le malade, ça rassure,
note Paul. Les appels ne durent souvent que 10 minutes mais ça suffit pour se dire "Ouf, je l'ai vu, je suis content" et d'un appel à l'autre, ils voient la malade aller mieux".

Des tablettes dans 30 services marseillais

De chaque côté de l'écran, l'émotion est souvent très forte. "On a eu une famille qui était en larmes, la patiente aussi qui était en larmes, ça faisait plus d'un mois qu'elle n' avait pas vu ses enfants et ses petits-enfants", constate Paul, et juste de se voir, ils étaient vraiment heureux".

Le docteur Estelle Jean, praticien en médecine interne d'une unité Covid ouverte à la Timone constate les bienfaits du dispositif auprès de ses patients. Elle se réjouit pour "ce papy qui a pu voir son dernier petit-fils né trois jours avant, ça lui a fait un bien fou".

Les patients et les familles sont ravis. Elle cite cet autre exemple d'un patient qui "allait bien puis il s'est dégradé et est allé en réanimation, il est revenu puis il y est retourné. Pour la famille c'était très angoissant, on soufflait un peu le chaud et le froid et en le voyant ils se sont aperçu qu'il allait mieux, qu'il était sourant, qu'il avait le moral." Elle ajoute : "Et au patient, ça lui a donné une pêche d'enfer!".

Gracê à un don de matériel de la Faculté de médecine Aix-Marseille Université et d'autres de la fondation Simplon en lien avec la plateforme La voix de nos soignants, un stock de 150 tablettes a pu être constitué.

La Direction des Services Numériques et le docteur Tosello ont apporté leur soutien aux étudiants qui ont "travaillé nuit et jour pour mettre en place un service accessible aux patients qui ne soit pas une charge supplémentaire pour les services à gérer tout en étant fiable et sécure" souligne Paul Laborier. 
© AP-HM
Des étudiants en médecine bénévoles ont également été mobilisés pour aider les personnels soignants à passer ces appels au quotidien. 

40 tablettes sont actuellement utilisées dans 30 services, unités Covid, réanimation, soins palliatifs et gériatrie. Le professeur Dominique Rossi, président de la commission médicale d'établissement de l'APHM a salué cette initiative des étudiants en médecine et internes. 110 tablettes sont encore disponibles pour équiper d'autres services.  "Il y a des besoins partout", note Paul. "Les tablettes fonctionnent mais la Wifi ne passe pas bien dans tous les services, précise l'étudiant qui lance un appel à la générosité des entreprises pour obtenir des routeurs 4 G pour faciliter les connexions dans tout l'hôpital.

​​​​​​Le dispositif des appels vidéo dans les chambres sera maintenu pendant toute la période du Covid et d'interdiction des visites. Et même après de l'avis du Dr Jean. "Dans notre unité, on accueille beaucoup de patients en post-urgence, et on a beaucoup de couple de personnes âgées et le conjoint ne peut pas se déplacer pour rendre visite au malade. Je pense que c'est vraiment quelque chose qu'il faut pérenniser par la suite."

Ces appels vidéo pourraient ainsi apporter du réconfort à tous les patients dont les familles habitent loin et les accompagner dans leur rétablissement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société coronavirus : envie d'évasion
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter