Coronavirus : tests de dépistage sans ordonnance, les files d'attente s'allongent devant les labos et pharmacies

Se faire tester sans ordonnance, c’est maintenant possible. Alors que les chiffes de cas positifs à la Covid-19 repartent à la hausse en France, le gouvernement a annoncé un dépistage massif et sans ordonnance. Au drive des labos ou en pharmacie, les files d'attente s'allongent.
28/07/2020. Embouteillage devant un laboratoire à Marseille pour se faire dépister gratuitement et sans ordonnance de la Covid-19.jpg
28/07/2020. Embouteillage devant un laboratoire à Marseille pour se faire dépister gratuitement et sans ordonnance de la Covid-19.jpg © FTV
Scène peu commune ce mardi matin à Marseille. Une dizaine de voitures patientent pour accéder au drive, non pas d'un célèbre fast-food, mais bien d'un laboratoire.

Pour freiner l'épidémie de coronavirus, l'agence régionale de santé multiplie les tests PCR auprès du grand public. Et depuis l'annonce du gouvernement mardi d'un dépistage gratuit, sans ordonnance et sans rendez-vous, c'est affluence.

"J'ai un formulaire pour savoir si j'ai des symptômes, si j'ai été en contact avec une personne positive ce qui est justement le cas et j'ai une sérologie et un PCR à faire", explique une jeune femme masquée au volant dans la file d'attente.

En un mois, le nombre de tests PCR est passé de 21.000 à plus de 40.000 par semaine en Provence-Alpes-Côte d'Azur. "Le fait qu'à la télé on dise que l'infection Covid repart, cela inquiète beaucoup les gens et beaucoup reviennent faire le test", explique une biologiste. Ici, en plus de la centaine de tests PCR réalisés chaque jour, une vingtaine de prises de sang sont également effectuées.

Départ en vacances oblige, la demande est exponentielle. Nombreuses sont les compagnies aériennes à réclamer un test PCR négatif pour pouvoir voyager.

Pour faire face, dans ce laboratoire marseillais, on cherche d'ailleurs à recruter. Aux côtés des infirmiers et infirmières biologistes, les techniciens sont habilités à pratiquer les tests.

La circulation virale est en "nette augmentation" en France, avec plus de 1.000 nouveaux cas de coronavirus par jour, a annoncé vendredi la Direction générale de la Santé (DGS).

Selon l'Ars, en un mois, le nombre de personnes testées positives à la Covid-19 a quadruplé en Paca. La région comptait 126 nouvelles contaminations la dernière semaine de juin, contre 421 au 28 juillet, selon le dernier bilan publié mardi. Mais le nombre de tests de dépistage a aussi doublé.

Au niveau national, sur un nombre de tests "approchant les 500.000 par semaine", le taux de positifs est "de l'ordre de 1 à 1,5%".

Des tests sérologiques aussi en pharmacie

Depuis une quinzaine de jours, les pharmacies aussi pratiquent des tests sérologiques de dépistage de la Covid-19. Une petite piqûre au bout du doigt et une goutte de sang plus tard, le prélèvement est effectué. Les résultats sont connus au bout d'une dizaine de minutes.

"C'est un test qui va révéler la présence d'anticorps face au coronavirus, on va avoir les anticorps récents, qui sont ceux que l'on produit sept à dix jours après le contact avec le virus et ce que l'on appelle les anticorps mémoires, les anciens, pour voir si vous êtes potentiellement ou pas immunisé", explique une pharmacienne.
Les pharmacies pratiquent aussi des tests sérologiques de dépistage de la Covid-19.
Les pharmacies pratiquent aussi des tests sérologiques de dépistage de la Covid-19. © FTV
Ce test rapide d'orientation diagnostique s'adresse aux personnes qui craignent d'avoir attrapé la Covid-19 par le passé. "Si le test est positif, le rôle du pharmacien va être d'expliquer toute la marche à suivre et l'orienter vers l'hôpital ou son médecin traitant".

Dans cette pharmacie du 8e arrondissement de Marseille, une dizaine de personnes sont ainsi dépistées par jour. Son prix est de 15 euros, non remboursés par la sécurité sociale.

Le test a toutefois ces limites. Il ne décèle pas les anticorps en dessous de 48 heures et au-delà de 40 jours. Il ne faut donc pas aller se faire tester trop tôt ni trop tard…
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société