Marseille : "on peut dire que le Covid circule activement dans les crèches"

Quatre cas de Covid-19 auraient été détectés parmi des enfants d'une crèche à Marseille. L'adjointe en charge de la place de l’enfant confirme la circulation du virus, en particulier parmi le personnel et les familles des enfants. En cause toujours le même variant anglais. 

Quatre enfants ont été testés positifs au variant anglais à la crèche du Roucas Blanc (7e) entre le 17 et le 19 mars dernier
Quatre enfants ont été testés positifs au variant anglais à la crèche du Roucas Blanc (7e) entre le 17 et le 19 mars dernier © MAX PPP

 L’épidémie s’accélère dans les Bouches-du-Rhône et n’épargne désormais plus personne. Longtemps considérés comme porteurs sains du Covid-19, les jeunes enfants semblent de plus en plus concernés par le virus, en particulier par les nouveaux variants.

"Aux vues des contaminations parmi le personnel et les familles, on peut dire que le Covid circule activement dans les crèches", confirme Sophie Guérard, adjointe en charge de la place de l’enfant dans la ville à Marseille.

"Jusqu’à présent, nous n’observions pas d’aggravation dans les crèches, car les enfants étaient très peu touchés par la forme classique du Covid-19, mais la situation a évolué avec le variant", précise-t-elle.

Entre le 17 et le 19 mars, quatre cas de Covid-19 auraient ainsi été détectés parmi des enfants de la crèche du Roucas Blanc à Marseille, selon la grand-mère de l’un d’eux, âgé de six mois et demi seulement.

Un dépistage difficile chez les 0-3 ans

Ce sont les symptômes, mais aussi le fait que deux puéricultrices aient elles-mêmes été testées positives au virus, qui ont convaincu les parents de l’enfant de lui faire passer un test PCR. Ce dernier s’est révélé positif au variant anglais.

À la suite de ces contaminations, les sections "bébés" et "grands bébés" de cette crèche ont été fermées jusqu’au 26 mars.

"Je ne comprends pas pourquoi on ne parle jamais des contaminations chez les enfants", s’inquiète la grand-mère, qui dit vouloir alerter sur la nécessité de dépister même les plus petits.

Mais ce n’est pas si simple. Il n’existe aucune obligation de faire tester les enfants, comme le rappelle Sophie Guérard. "Les petits sont peu testés et, de plus, souvent asymptomatiques", ce qui est un frein supplémentaire à la vigilance.

En cas de suspicion, les parents ont seulement l’obligation de garder leur enfant en isolement pendant une dizaine de jours, avant de pouvoir le renvoyer à la crèche.

Compte tenu de cette difficulté à tester les plus jeunes, les données concernant le nombre de contaminations exactes sont floues.

Selon le dernier bilan de Santé publique France, le taux d’incidence national observé chez les 0-14 ans est de 411 contaminations pour 100.000 habitants pour la semaine 11, soit une hausse 31 % par rapport à la semaine précédente.

 Il s’agit de la hausse la plus importante parmi toutes les tranches d’âges. Parallèlement, le taux de dépistage chez ces 0-14 ans a également augmenté (+41%).

Un protocole spécifique mis en place dans les crèches pour limiter les risques sanitaires

Difficile également de respecter les gestes barrières dans les crèches. "Les petits sont constamment aux bras, il n’est pas possible de respecter la distanciation physique avec eux", indique Sophie Guérard, insistant toutefois sur le fait que "le personnel porte en permanence un masque".

"Un agent de propreté a en outre été mis en place dans chacune des crèches de Marseille pour aider à la désinfection des lieux", ajoute-t-elle.

"Sur les écoles et dans les crèches, nous menons une campagne extrêmement réactive de désinfection et de contrôle du virus dans l’environnement dès l’apparition du moindre cas", précise pour sa part le commandant du bataillon de marins-pompiers de Marseille Patrick Augier.

Pour l’instant, aucune mesure supplémentaire n’est envisagée par la municipalité. "Nous avons pris toutes les mesures nécessaires et nous attendons les directives du gouvernement", indique l’adjointe à la mairie.

Elles sont tombées mercredi soir. Face à la recrudescence de l'épidémie, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des crèches, en plus des écoles, collèges, lycées, pour trois semaines.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société