Covid-19 : les premiers signes d'une quatrième vague dans les hôpitaux de Marseille

Les hospitalisations sont en hausse à l'Assistance Publique des Hôpitaux à Marseille. L'AP-HM observe une augmentation importante des malades du Covid dans ses services et des patients de plus en plus jeunes, non vaccinés, en réanimation.
Après la Corse, le "plan blanc" a été activé dans les hôpitaux d'une autre grosse région touristique, Provence-Alpes-Côte-d'Azur.
Après la Corse, le "plan blanc" a été activé dans les hôpitaux d'une autre grosse région touristique, Provence-Alpes-Côte-d'Azur. © Roger Gasc/FTV

Allongée dans un lit du servive de réanimation de l'hôpital de la Timone à Marseille, une femme de 40 ans est prise en charge en détresse respiratoire. Elle est malade du Covid. Son cas illustre la tendance actuelle dans les hôpitaux marseillais, selon l'AP-HM.

Les patients hospitalisés sont de plus en plus jeunes, le plus souvent sans comorbidité. Les admissions repartent à la hausse en réanimation, ce qui fait craindre aux soignants les premiers signes d'une 4e vague compliquée à gérer.

"Il y a encore deux semaines on n' avait aucune admission de patients en réanimation pour un Covid et depuis ces deux semaines on a chaque jour un patient jeune qui est admis en réa pour Covid, s'alarme le Dr Kevin Cot, chef du service de réanimation de la Timone 2.

"Il faut savoir que les unités d'hospitalisation non-conventionnelles également se remplissent progressivement", ajoute-t-il, précisant que de nouvelles unités ont ouvert dans cet hôpital pour accueillir des malades Covid. 

Le jeune médecin s'inquiète de cette recrudescence cet été bien plus tôt que l'an dernier. "On avait admis des patients qu'à partir de septembre", souligne-t-il.

Dans le dernier bilan hebdomadaire de l'AP-HM pour ses quatre établissements (Conception, Nord, Sud et Timone) au 20 juillet, 23 lits étaient occupés par des cas Covid en réanimation et 27 en hospitalisation ou aux urgences. Soit 50 malades Covid hospitalisés contre 35 le 6 juillet. Des chiffres qui pourraient encore être en augmentation dans le nouveau point de la situation épidémiologique prévu ce mardi 27 juillet.

Le 22 juillet, sur les réseaux sociaux , l'AP-HM avait alerté sur cette hausse des admissions de patients non vaccinés.

A l'AP-HM, 74% du personnel soignant est vacciné, et 54 % du personnel non-soignant.

Au niveau régional, selon Santé Publique France, au 22 juillet, la couverture vaccinale s'élèvait à 55,77%  pour la première dose chez les 18 ans et plus. 

La fracture géographique des vaccinés et non-vaccinés

Selon une cartographie des vaccinés publiée par le Monde, d'après les données de l'assurance malade au 19 juillet, la France serait coupée en deux par une diagonale opposant l'ouest et le nord bons élèves à l'est et sud-est à la traîne.

La région Paca accuserait ainsi un "fort retard" sur les autres régions. Une disparité que l'on retrouve entre les territoires au sein de Paca et dans Marseille, entre quartiers nord et sud. Cette fracture entre vaccinés et non-vaccinés se calque sur les disparités socio-culturelles selon le sociologue Hean Viard  

"Ce sont les disparités de la société française, entre les diplômés, les non-diplômés, les plus aisés, les moins aisés, ceux qui sont très intégrés dans leur monde social et ceux qui sont plus isolés", analyse-t-il pour franceinfo.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19