Covid et restrictions gouvernementales, le Pr Raoult relance le débat sur les données de Santé Publique France

Publié le Mis à jour le

A quelques heures de la venue d'Olivier Véran à Marseille, le professeur Didier Raoult revient sur les chiffres de Santé Publique France qui ont provoqué les mesures prises en urgence. Selon lui, ils ne justifient pas "la moindre panique concernant la circulation du virus à Marseille." 

Alors que la colère gronde à Marseille et que les élus locaux tentent une riposte devant la justice, la voix du professeur Raoult appelle à nouveau les autorités à ne pas céder à la panique.

Sur son compte Twitter ce matin, le directeur de l'Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection explique qu'"aujourd'hui les données de Santé Publique France (consolidées) ne sont pas en mesure de justifier la moindre panique concernant la circulation du virus à Marseille." S'appuyant sur les données de Santé Publique France, le ministre de la Santé a placé la métropole Aix-Marseille Provence en zone d'alerte maximale (plus de 250 cas pour 100.000 habitants, 100 pour 100.000 chez les "personnes âgées, 30% de patients Covid dans les services de réanimation. 

Un taux d'incidence en baisse

Or selon les chiffres mis en avant par le professeur Raoult ce taux était de 20.7 dans les Bouches-du-Rhône au 21 septembre, montrant un fléchissement par rapport à la période d'observation précédente.

Cette baisse se confirme selon le chiffre communiqué jeudi soir à l'AFP par l'ARS (Agence régionale de santé) : le taux d'incidence du virus à Marseille était de 281 pour 100.000 au 20 septembre, en baisse par rapport à celui relevé une semaine plus tôt, de 331.

Deux jours après l'annonce de son tour de vis très contesté, le ministre de la Santé est attendu cet après-midi à l'hôpital de la Timone.

Le programme d'Olivier Véran prévoit notamment une visite du service de réanimation et une rencontre avec le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur à Paris et membre du Conseil scientifique Covid-19.

Il n'est pas annoncé de rencontre avec le patron de l'IHU qui jouxte la Timone.