Covid : restaurateurs et élus de la métropole Aix-MArseille en colère organisent un comité d'accueil pour Olivier Véran

Après s'être regroupés au tribunal de commerce de Marseille ce vendredi matin, élus et professionnels de la restauration et des salles de sport se sont retrouvés devant l'hôpital de la Timone où Olivier Véran est en visite cet après-midi.

Un comité d'accueil pour Olivier Véran devant la Timone à Marseille
Un comité d'accueil pour Olivier Véran devant la Timone à Marseille © FTV
Un important dispositif policier a été mis en place devant la Timone pour encadrer le comité d'accueil préparé pour Oliver Véran en visite dans l'établissement ce vendredi après-midi. Douze camions de CRS ont été déployé aux abords de l'établissement.

Les restaurateurs en colère ont déployé une banderole sur les grilles de l'hôpital "Sauvons nos emplois, sauvons nos entreprises". Sur une pancarte, on pouvait aussi lire "Désobéir c'est sauver Marseille".
© FTV
Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, qui accompagne Olivier Véran doit rencontrer les représentants des fédérations professionnelles du secteur de l'hôtellerie et de la restauration dans l'après-midi.

Plus tôt, ce vendredi matin, ils étaient des centaines de professionnels de la restauration, des salles de sport et élus rassemblés devant le tribunal de commerce.

Le ministre de la Santé hué 

Prenant la parole avec un mégaphone devant la foule, le patron de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie des Bouches-du-Rhône, Bernard Marty a redit l'opposition ferme de son syndicat aux restrictions annoncées, la foule huant le nom du ministre de la Santé Olivier Véran quand il l'a prononcé.

"Et il est où ? Qu'il vienne ici !", a lancé un manifestant.

Les entrepreneurs marseillais sont montés au créneau dès l'annonce, mercredi, des mesures strictes du gouvernement qui a classé la métropole d'Aix-Marseille en zone "d'alerte maximale". Elles prévoient notamment la fermeture des bars et restaurants dès samedi.
Plusieurs de centaines de personnes sont rassemblées devant le tribunal de commerce de Marseille pour dénoncer les mesures du ministre de la santé.
Plusieurs de centaines de personnes sont rassemblées devant le tribunal de commerce de Marseille pour dénoncer les mesures du ministre de la santé. © Sonia Boujamaa
Comme de nombreux élus de tous bords, le président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur leur a apporté son soutien. "J’invite le préfet à respecter scrupuleusement la loi car je déposerai dès demain, avec des restaurateurs et des cafetiers, un recours en référé liberté devant le tribunal administratif de Marseille contre tout acte restreignant l’exercice de la liberté d’entreprendre, d’industrie et du commerce de façon disproportionnée", a indiqué Renaud Muselier.

Les élus font bloc

La veille, Martine Vassal, présidente d'Aix-Marseille-Provence a réuni en urgence les maires des 92 communes de la métropole, le président de la Région, Georges Cristiani, président de l’Union des maires, maire de Mimet et les élus municipaux. Dans un communiqué commun, ils ont affirmé leur volonté de travailler ensemble, au-delà des clivages politiques. 

"Nous demandons une chose simple à l’Etat : laissez-nous travailler ! Vous ne pouvez pas décider seul", plaident les élus.

#RESISTANCE

Devant le tribunal de commerce de Marseille, de droite et de gauche, ils sont côte à côte. Renaud Muselier, Martine Vassal, la députée Valérie Boyer comme la sénatrice DVG des Bouches-du-Rhône et adjointe à la maire de Marseille, Samia Ghali.

Elle a posté cette photo sur son compte Twitter, sous le hashtag #RESISTANCE et annonce que la police municipale ne sera pas mobilisée pour verbaliser les restaurateurs qui resteront ouverts. L'arrêté préfectoral stipulant la fermeture des établissements n'a toujours pas été publié ce vendredi matin et son périmètre n'est toujours pas connu.

Va-t-il concerner l'ensemble de la métropole Aix-Marseille, qui couvre 3.000 km2 et compte 1,8 million d'habitants répartis dans 92 communes?

Olivier Véran devrait apporter des précisions dans les prochaines heures.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société justice économie