Culture : report de l'ouverture du "grand Mezze", la nouvelle exposition du Mucem consacrée au régime crétois

Le 15 décembre, le Mucem devait ouvrir les portes du grand Mezzé, sa nouvelle exposition consacrée au régime crétois. Entre tradition et mondialisation, elle dépeint une diète en proie à de nombreux dilemmes. Mais suite à la prolongation de la fermeture des musées, l'exposition est reportée. 
 

Le grand Mezzé, exposition semi-permanente du Mucem, sera visible dès la réouverture du Mucem et jusqu'au 31 décembre 2023 dans la galerie de la Méditerranée.
Le grand Mezzé, exposition semi-permanente du Mucem, sera visible dès la réouverture du Mucem et jusqu'au 31 décembre 2023 dans la galerie de la Méditerranée. © Sisygambis - Les 7 portes

« Manger 5 fruits et légumes par jour ». Si tout le monde connait cette recommandation, rares sont ceux qui en soupçonnent l’origine. Elle provient du régime crétois, aussi appelé diète méditerranéenne, qui est au cœur de la nouvelle exposition du Mucem.

Le grand Mezzé devait ouvrir ses portes le 15 décembre et sera visible jusqu’en décembre 2023. Mais les dernières annonces prolongeant la fermeture des musées, obligent une nouvelle fois le Mucem à reporter l'ouverture, et l'avant première prévue pour vous ouvrir l'appétit. 

Une avant-première sur la page Facebook France 3 Provence-Alpes (reportée)

Une émission spéciale enregistrée au Mucem et présentée par Stéphane Stasi devait être diffusée sur la page Facebook de France 3 Provence-Alpes le 13 décembre à 19h00.  

Au menu : rencontre avec les commissaires d'exposition, artistes à l'œuvre, et chefs, qui partageront leurs recettes.


Parmi les convives vous retrouverez notamment Edouard de Laubrie et Lucas Gomez, commissaires de l’exposition, Mayalen Zibillaga auteure de « L’art de saucer » et Nicolas Boulard qui combine viticulture et art.

Une mise en bouche qui vous invitera à pousser les portes du Mucem dès la réouverture, afin de poursuivre la dégustation.

 

Le régime crétois quésaco

Edouard de Laubrie, nous éclaire sur le contenu du régime crétois. Il est caractérisé par une « consommation de céréales et de légumineuses, de fruits et de légumes, une proportion limitée de poisson, produits laitiers et viandes, enrichie de nombreux condiments et épices. » explique le commissaire de l'exposition.

Cette manière de s’alimenter est plurielle puisque chaque pays méditerranéen possède ses spécialités (couscous, pâtes, feuilles de brick) et ses rituels sociaux associés aux repas. 

Il n’y a pas une diète méditerranéenne mais des diètes méditerranéennes qui mobilisent des produits extrêmement variés.

Edouard De Laubrie, commissaire de l'exposition

 

Le blé dur constitue un des ingrédients de base du régime crétois. Ici un pêle-mêle des gestes de la transformation du blé en Tunisie, en Crète, au Portugal, en Sicile issues de films réalisés par Christine Coulange pour les besoins de l’exposition.
Le blé dur constitue un des ingrédients de base du régime crétois. Ici un pêle-mêle des gestes de la transformation du blé en Tunisie, en Crète, au Portugal, en Sicile issues de films réalisés par Christine Coulange pour les besoins de l’exposition. © Sisygambis - Les 7 portes


La richesse de cette diète est indéniable, pourtant l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met en garde contre la perte de la valeur culturelle, sociale, environnementale et patrimoniale de ce type de régime. C'est dans ce contexte que le Mucem a pris la décision de concevoir le grand Mezzé. 

 

 

 

 

 

Avec une telle actualité, le Mucem se devait d’aborder cette problématique de l’alimentation en Méditerranée.

Edouard de Laubrie, Commissaire de l'exposition.

Le grand mezzé

Le visiteur est invité à découvrir une à une les pièces exposées dans la galerie de la Méditerranée, comme on dégusterait chaque met d’un mezzé, ce repas méditerranéen composé d'une multitude de hors-d'oeuvre.

550 objets issus de 35 Musées du pourtour méditerranéen seront exposés pour l’occasion, auxquels s’ajouteront les 13 productions audiovisuelles spécialement conçues par le Mucem pour ce parcours. 

 

 

De pièces datant du Néolithique à des œuvres contemporaines, de faïences décoratives à des ustensiles de cuisine, d’objets portugais aux œuvres géorgiennes, les éléments constitutifs de cette exposition témoignent de la diversité des traditions liées au régime crétois.
 

 

Le Mucem a commandé à Hoda Kassaltyl, artisan syrien réfugié au Liban, ce silos à grain en terre crue pour les besoins du grand Mezze.
Le Mucem a commandé à Hoda Kassaltyl, artisan syrien réfugié au Liban, ce silos à grain en terre crue pour les besoins du grand Mezze. © Hoda Kassatly

 

Beauté du geste culinaire, représentation artistique de la cuisine végane, colorimétrie de l’huile d’olive…il y en a pour tous les goûts !

Le paradoxe de la pizza napolitaine

Depuis qu'Ancel Keys, épidémiologiste américain, a conceptualisé le régime crétois en l'érigeant comme une manière de s’alimenter sainement dans les années 1960, il s'est exporté à travers le monde. Pour répondre à une demande croissante, il s'est standardisé, quitte à perdre tous ses bienfaits. 

Comment partager la richesse de ce patrimoine culinaire tout en conservant son authenticité ? Quelles solutions pour protéger ce régime sans l’empêcher d’évoluer ? C’est sur ces questions que se penche le grand Mezzé.

Comme pour ses autres œuvres, Michel Blazy a souhaité donner une apparence et une odeur à son tableau "Marguerite". Il a utilisé des colorants et arômes artificiels issus de l’industrie agro-alimentaire pour se rapprocher de la réelle odeur de la pizza.
Comme pour ses autres œuvres, Michel Blazy a souhaité donner une apparence et une odeur à son tableau "Marguerite". Il a utilisé des colorants et arômes artificiels issus de l’industrie agro-alimentaire pour se rapprocher de la réelle odeur de la pizza. © Michel Blazy / ADAGP, Paris, 2020

L'exposition s'intéresse notamment à la pizza napolitaine. Né à Naple au 12e siècle, ce plat ancêstral est devenu l’emblème de la cuisine mondialisée, avec le développement des chaînes de fast-food et l’expatriation de nombreux Italiens.

Pour tenter de sauver cette tradition unique, « l’art du pizzaïolo napolitain » a rejoint la « diète méditerranéenne » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

 

Une exposition en deux parties

Organisée en deux parties, l’exposition met en exergue les dilemmes auxquels sont confrontés les peuples de la Méditerranée lorsqu’il s’agit de conserver leurs traditions culinaires.

Cette partie confronte l’agriculture familiale, respectueuse et typique à l'agriculture industrielle, intensive et globalisée. Si la première perpétue les recettes ancestrales dans le respect de l'environnement, la seconde mène à l’uniformisation du goût en excluant toute notion de saisonnalité. 

Le citron de Menton bénéficie d’une Indication Géographique Protégée. Cet ingrédient emblématique de la cuisine méditerranéenne, fait l’objet d’un tourisme culinaire croissant, il est au cœur de la fête des citrons, un rituel culturel. 
Le citron de Menton bénéficie d’une Indication Géographique Protégée. Cet ingrédient emblématique de la cuisine méditerranéenne, fait l’objet d’un tourisme culinaire croissant, il est au cœur de la fête des citrons, un rituel culturel.  © Musée de Préhistoire régionale / Ville de Menton

 

 

Ce pan de l'exposition aborde le régime crétois dans le prisme géographique. La Méditerranée a facilité la transmission de recettes entre divers territoires.

L’occasion de se poser la question de la réappropriation des traditions par les populations locales, un phénomène pour lequel la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur tire son épingle du jeu. Le grand Mezzé offre une série de témoignages de producteurs régionaux prônant circuits-courts et agriculture durable.

Autour de l’exposition 

Plus qu’une simple exposition, le grand Mezzé est un événement. Plusieurs animations viendront alimenter la programmation au fil des mois.

A commencer par les lundis d’après. Le concept ? Explorer le thème de l’exposition sous une forme originale pour envisager le monde de demain. Présentation d’objets, visionnage d’images d’archives et recettes de cuisine en direct viendront alimenter la réflexion sur la diète méditerranéenne, tiraillée entre tradition et globalisation.

Le premier rendez-vous a eu lieu lundi 7 décembre et s’est intéressé à la cuisine méditerranéenne zéro carbone. Diffusée en live sur les réseaux sociaux du Mucem, l’émission est disponible en replay.

Les prochains rendez-vous auront lieu les 1er février, 15 mars et 16 avril 2021.

Les plus jeunes ne seront pas en reste. Les dimanches de janvier et février, ils pourront se joindre aux ateliers "les petites bobines". Projection d’un film d’animation et initiation au théâtre d’ombres autour de l’alimentation seront au programme.

Et pendant les vacances de février : l’opération "on goûte avec les yeux" proposera des séances de ciné-goûter pour satisfaire les petits gourmands.

Enfin, pendant cette période, les médiateurs du musée feront découvrir l’exposition, pour des visites aussi ludiques que didactiques !

 

 

Infos clés
Le grand mezze : janvier 2021 au 31 décembre 2023
Avant-première le 13 décembre à 19h00 sur Facebook - Reportée
Page Facebook du Mucem : ici
Site du Mucem : ici

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
partenariats événements sorties et loisirs musée culture alimentation société tradition