Déconfinement : un cluster de Covid-19 découvert dans un squat pour SDF à Marseille

Tente installée par MSF pour le dépistage des malades du covid au centre de soins de Malpassé, à Marseille. / © Gilles Bader/MaxPPP
Tente installée par MSF pour le dépistage des malades du covid au centre de soins de Malpassé, à Marseille. / © Gilles Bader/MaxPPP

Parmi les 25 clusters identifiés en France depuis le déconfinement, l'un se trouve à Marseille. C'est le premier foyer de coronavirus en Paca. Trois sans-abris ont été testés positifs au Covid-19 lors de prélèvements aléatoires réalisés dans un squat du 13e arrondissement.

Par Jean Poustis

Un squat pour sans-abris du 13e arrondissement de Marseille est l'un des 25 clusters français de Covid-19 depuis le déconfinement. Trois personnes y ont été testées positives par Médecins du Monde et Médecins sans Frontières.

Les deux associations, ayant la capacité de se déployer rapidement à Marseille, sont intervenues sur place le 9 mai, après avoir été informées par l'Agence Régionale de Santé (ARS), la veille, d’un premier cas confirmé de Covid-19 dans ce squat occupé par des sans-abris.

Deux sites temporaires y ont été installés puis dès le matin, les membres de Médecins du monde ont fait du porte à porte pour évoquer le dépistage avec les 160 habitants du squat.

"La première étape a consisté à sensibiliser la population. Ce sont des gens vulnérables, il faut les protéger et bien leur expliquer notre démarche. Cela s'est relativement bien passé", rapporte Aloys Vimard, responsable de projets chez MSF, présent sur place. 

Et d'après l'ARS, "il s’agit du premier foyer de coronavirus identifié en Paca depuis le déconfinement".

Des résultats rendus le 11 mai

Les tests sur site ont été réalisés le samedi 9 mai, "dans l'après-midi" sur 48 personnes, toutes volontaires. Les résultats ont été rendus le lundi 11 mai, jour du déconfinement. Outre les cas positifs, trois autres cas "douteux" ont été recensés.

"En général, ces cas "douteux" sont des personnes en rémission du coronavirus. C'est ce qui ressort de précédents tests", explique Aloys Vimard.

Pour les personnes testées positives, des propositions d'isolement ont été faites. Une personne et son enfant ont décidé de s'y rendre. 

"Les autres cas positifs se sont isolés chez eux. Chacun a ses idées sur la question, certains étaient positifs sans pour autant se sentir moins bien que d'habitude. Ce sont des personnes à la marge, donc elles ont décidé de rester dans le squat", déclare Aloys Vimard. 

Nouvelle campagne cette semaine

Une nouvelle campagne de dépistage est prévue cette semaine. 

"Nous devons continuer pour essayer de dépister le maximum de personnes, de les sensibiliser. C'est important d'aider ses gens isolés, de les faire revenir vers un parcours de soins", admet le docteur Anne Lévy-Mozziconacci, médecin à l'hôpital Nord (APHM) et conseillère municipale.
Depuis un mois, MSF et Médecins du monde effectuent des actions communes vers des populations éloignés du parcours de soins traditionnel, toujours pilotés par l'agence régionale de santé. A cette occasion, des foyers familiaux de Covid-19 ont été découverts dans les Quartiers Nord de Marseille.

"Notre action est au service de ses populations, on ne doit pas les stigmatiser et les exclure", dit Aloys Vimard.

Lancement du dispositif "Aller vers"

Dernièrement, des actions plus spontanées ont été menés notamment envers les SDF pour identifier les lieux à risque. MSF et Médecins du monde ont donc lancé un dispositif ,"Aller vers", en fin de semaine dernière l'ARS l'a intégré.

"Nous allons vers des populations qui généralement ne sont pas soignés, pour les dépister. Cela fait partie du travail de déconfinement", selon Anne Lévy-Mozziconacci.

Très prochainement, outre le squat cluster du 13e arrondissement, d'autres lieux, "souvent en marge" devraient voir les membres de MSF et Médecins s'installer pour sensibiliser leurs habitants et réaliser des dépistages du Covid-19.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus