Grève du 7 mars contre la réforme des retraites : les transports en train toujours fortement perturbés ce mercredi

La SNCF a présenté un programme de transport légèrement amélioré pour mercredi par rapport à mardi, mais seulement un tiers des TGV et TER circuleront ce mercredi 8 mars.

Forte mobilisation contre la réforme des retraites à Marseille. La manifestation a rassemblé 245.000 personnes à Marseille, selon la CGT et 30.000 selon la préfecture de police. La grève se poursuit ce mercredi 8 mars dans les dépôts pétroliers des Bouches-du-Rhône, sur le port de Marseille et dans les transports. 

La contestation contre la réforme des retraites entraîne des perturbations sur les rails ce mercredi même si les prévisions sont en amélioration par rapport à mardi.

La direction de la SNCF a ainsi annoncé un tiers des trains en circulation pour les TGV et TER. Pour le TGV, les axes Nord, Est et Sud-Est ne verront que 40 % des trains circuler. Il y en aura 20 % sur l'axe Atlantique et on comptera un Ouigo sur trois. En revanche, les liaisons de province à province seront elles quasiment interrompues avec 90 % des trains supprimés. Les liaisons internationales connaîtront des fortunes diverses avec trois Eurostar sur quatre et deux Thalys sur trois mais un train sur trois vers l'Italie et la Suisse, un sur six vers l'Allemagne et aucun vers l'Espagne.

  • 17 h 20 : d'importants bouchons provoqués à Marseille à cause de manifestants

Ca se complique sur les routes dans la ville. Des manifestants ont bloqué le tunnel Saint-Charles et la sortie Vieux-Port du tube de la Joliette à Marseille, annonce La Provence. Même si les deux axes sont en train de rouvrir au trafic, ces actions provoquent d'importants bouchons tout autour. Des automobilistes ont même pris la passerelle Chanterac (secteur d'Arenc) à contresens pour sortir de la ville, précise le quotidien. La passerelle reliant l'A7 à l'A55 et le tunnel de la Joliette sont aussi saturés. 

  • 15 h 50 : l'accès des Terrasses du port débloqué

L'accès au centre commercial les Terrasses du port a été débloqué par les forces de l'ordre, assure la préfecture de police. Un cinquantaine de manifestants insoumis avaient pris position devant le centre commercial en début d'après-midi pour en empêcher l'accès.

  • 15 h : les Terrasses du port fermées à Marseille

Une cinquantaine de militants LFI bloquent l’entrée du centre commercial des Terrasses du Port à Marseille, qui a fermé au public, assure La Provence. Le centre commercial devrait rester fermé tout l’après-midi, selon le quotidien.

  • 14 h 45 : le cortège à Mayol pour bloquer le port de commerce

A Toulon, la manifestation a réuni quelque 25 000 personnes d'après les syndicats. Deux cortèges ont parcouru la plus grande ville du Var ce matin, et la mobilisation continue en ce début d'après-midi. Les manifestants sont réunis aux abords de l'antre du RCT - le Rugby club toulonnais - où ils veulent rester ces prochaines heures. Le but ? Bloquer l'accès au port qui jouxte le stade Mayol. Là même où les bateaux pour la Corse embarquent et débarquent biens et voyageurs.

  • 14 h 30 : Arkema à l'arrêt à Saint-Auban

Plusieurs sites industriels de la chimie sont touchés par la grève mardi. Chez Arkema, trois sites sont complètement à l'arrêt, à Pierre-Bénite (Rhône), La Jarrie (Isère) et Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence) selon la direction et la CGT. "A Saint-Auban-Arkema, le compresseur qui remonte l'éthylène de Fos-sur-Mer a été arrêté ce qui veut dire que l'accès à l'éthylène sur le pipeline de l'axe est de la pétrochimie en France - qui va de Marseille à l'Alsace en passant par la vallée du Rhône, Lyon, le Jura, jusqu'à Carling - va être obligé de s'arrêter dans les jours prochains, car il s'agit d'un goulet d'étranglement : les salariés en grève ont arrêté la machine et la CGT a appelé à une grève reconductible sur ce site", a indiqué Emmanuel Lépine, secrétaire général de la CGT Chimie.

  • 14  h 15 : mobilisation en baisse à la SNCF

A la SNCF, 80 % des TGV Inoui et Ouigo sont annulés ce mardi, ainsi que presque tous les Intercités. Le taux de grévistes atteignait 39 % à midi, selon une source syndicale, soit moins que le 19 janvier (46,3 %) à l'occasion de la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

  • 13 h 45 : deux lycées bloqués à Marseille

A Marseille, deux établissements étaient bloqués mardi 7 mars, les lycées Thiers et Montgrand, a-t-on appris auprès du rectorat. "Plein de lycées se sont réunis pour faire un gros blocus. On essaye un peu de tourner et de se mobiliser tous ensemble", a témoigné Lili Dakhli Voisin, lycéenne à Montgrand.

  • 13 h 30 : 25 000 manifestants à Avignon

La CGT annonce 25 000 manifestants dans cet acte 6 de la mobilisation contre le projet de réforme des retraites à Avignon. Le cortège parti du boulevard Limbert, a défilé dans les rues de la cité des Papes avant de s'achevant au niveau du pont Bénézet. 

  • 13 h 00 : entre 4 000 et 5 000 manifestants à Arles

Quelque 4 000 personnes selon la police - 5 000, selon les syndicats - ont manifesté mardi 7 mars à Arles contre la réforme des retraites. Plusieurs manifestants ont réalisé un action de blocage filtrant sur la N113, autorisant le passage des voitures mais pas des poids-lourds.

  • 12 h 35 : le campus de Sciences Po toujours bloqué

A Menton, le site campus universitaire de Sciences Po a été bloqué en début de matinée par les étudiants qui ont brandi des pancartes exprimant leur "ras-le-bol général contre le gouvernement, contre la libéralisation de l’enseignement supérieur" et "pour un monde meilleur."

  • 12 h 30  : 245 000 manifestants à Marseille selon la CGT

La manifestation à Marseille rassemble quelque 245 000 personnes selon la CGT, la plus forte participation depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites en janvier. En raison de l'affluence, le cortège s'est élancé du Vieux-Port avec un heure de retard sur l'horaire prévu. La préfecture de police annonce pour sa part le chiffre de 30 000 manifestants à Marseille.

  • 12 h 00 : entre 30 et 60 % d'enseignants grévistes

La sixième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites se traduit mardi par un taux moyen d'enseignants grévistes de 32,71 %, dont 35,35 % dans le primaire et 30,09 % dans le secondaire (collèges et lycées) selon le ministère, bien en-deçà des chiffres des syndicats.  Les syndicats Snuipp-FSU et Snes-FSU ont de leur côté annoncé des taux de grévistes d'au moins 60 % dans le premier et le second degré. Le taux de grévistes le plus élevé chez les enseignants date du 19 janvier, lors de la première journée d'action, avec 42,35 % dans le primaire et 34,66% dans le secondaire, selon le ministère.

  • 11 h 30 : les associations féministes des Alpes-Maritimes également présentes 

À la veille de la journée internationale pour le droit des femmes, des associations ont également pris part à cette mobilisation. Pour Florence Ciaravola, membre du Collectif droit des femmes 06, ce que le gouvernement propose est avant tout une "contre-réforme" : "Ce ne sont pas des démarches qui vont permettre d’améliorer la situation des femmes qui est déjà très inégalitaire. Elles sont payées à peu près 22% en moins que les hommes, à la retraite, aujourd’hui, elles touchent 40% de moins. Imaginez, si on est obligé de travailler plus longtemps, et d’avoir plus d’annuités, parce qu’il faut les avoir les 43 annuités. Les femmes ont des carrières hachées, elles ont eu du temps partiel imposé, elles n’y arriveront jamais."

  • 11 h 20 : la CGT Transports à la tête du cortège niçois, affirme que 30.000 manifestants sont présents à Nice

Le cortège niçois est engagé sur l'avenue Jean-Médecin, avec à sa tête la CGT Transports, qui en a profité pour faire une haie de fumigènes au niveau des arcades. Aucun incident n'est signalé, la manifestation se déroule dans une bonne ambiance. Certains ont même sorti des déguisements pour protester ce mardi 7 mars.

  • 11 h 00 : deux lycéens arrêtés à Marseille 

En marge de la manifestation à Marseille, deux élèves qui participaient au blocage du lycée Thiers ont été interpellés. Des lycéens se sont rassemblés devant le commissariat Noailles, sur la Canebière en soutien.

  • 10 h 57 : "l'heure est grève"

A Marseille, la journée a débuté avec le message "l'heure est grève" écrit à la bombe sur plusieurs murs de la ville.

  • 10 h 45 : Jean-Luc Mélenchon s'exprime à Marseille

"Le président de la République aurait tort de compter sur le pourrissement de la situation ou sur la fatigue populaire", a déclaré ce mardi l’ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon lors d’un point presse à Marseille, à l’occasion d’une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites qui s’annonce très suivie. "On peut s’attendre à ce que demain et après-demain soient encore des jours de mobilisation très intenses", a estimé le fondateur de La France insoumise. "Le devoir du président de la République est de trouver une sortie par le haut. Le moment est venu pour lui de prendre une initiative démocratique. Ou bien une dissolution de l’Assemblée, ou bien un référendum", a-t-il ajouté, assurant que ce mardi 7 mars était "un jour de vérité."

  • 10 h 31  : à Cannes, les manifestants rendent hommage à Pierre Semard 

Peu avant 10 heures, en face de la gare cannoise, les manifestants brandissant de nombreux slogans, drapeaux de la CGT ou de la CFTC ont débuté cette journée du 7 mars par un hommage à Pierre Semard.

Ce syndicaliste, résistant lors du dernier conflit mondial et fusillé en 1942, est honoré par les cheminots. De nombreuses personnes sont présentes alors que le cortège va progresser dans les rues du centre-ville.

  • 10 h 30 : départ de la manifestation de Nice

Les leaders syndicaux niçois ont pris la tête du mouvement. La manifestation est très suivie et a débuté dans un "bon esprit" selon l'équipe de France 3 Côte d'Azur présente sur place. Même les artisans ont rejoint le mouvement, comme par exemple le boulanger emblématique Frédéric Roy. Il demande notamment des modifications du bouclier tarifaire pour les professionnels de l'alimentation.

  • 10 h 30 : le jeu "Motchus" en grève

Motchus, le jeu en ligne qui s'amuse à faire découvrir les mots du parler marseillais, annonce être en grève contre la réforme des retraites. "L'équipe de Motchus, solidaire et engagée dans la lutte, est à l'arrêt aussi ce mardi. Le jeu reprendra normalement demain", assure la page d'accueil du jeu, qui propose habituellement une grille chaque soir à minuit. Motchus a été créé par deux enseignants, le linguiste universitaire Médéric Gasquet-Cyrus et Denis Beaubiat, professeur de mathématiques à Marseille.

    • 10 h 00 : le même parcours que le 16 février à Marseille

    À Marseille, le rassemblement est prévu à partir de 10 h 30 du Vieux-Port. Le cortège prendra la direction de la Porte d’Aix, en passant par le Mucem et la place de la Joliette.

    • 9 h 05 : "La Provence" et "Nice Matin" absents des kiosques

    "Les équipes de Nice Matin et de La Provence rejettent cette réforme, pour l’avenir des salariés de la PQR : les deux quotidiens du quart Sud-Est ne paraissent pas ce mardi 7 mars", explique un communiqué commun de la CGT, la CFDT et la Chambre syndicale typographique niçoise. "Cette action commune est l’occasion d’envoyer un signe fort aux deux actionnaires respectifs Rodolphe Saadé et Xavier Niel alors qu’un projet industriel se dessine", insiste les organisations syndicales à l'origine de ce premier mouvement de grève conjoint.

    • 9 h : mobilisation à la plateforme logistique d'Arenc

    Mobilisation spontanée à la plateforme logistique d'Arenc, à Marseille, ce mardi matin. Ce rassemblement est organisé en intersyndicale.

    • 8 h 45 : le lycée Thiers bloqué à Marseille

    Les élèves du lycée Thiers, à Marseille, se sont rassemblés devant leur établissement ce matin. Des blocus sont en cours dans plusieurs établissements de la région.

    • 8 h 30 : les transports en commun au ralenti

    À Marseille, les habitants ont trouvé un service de transports en commun largement dégradé ce mardi matin, avec notamment une des deux lignes de métro et une des trois lignes de tramways totalement à l'arrêt. À la SNCF, la grève a commencé lundi à 19 h et 80 % des TGV Inoui et Ouigo sont annulés, ainsi que presque tous les Intercités, avec des liaisons internationales dégradées voire interrompues entre la France et l'Allemagne et la France et l'Espagne notamment. On estime que seul un TER sur cinq circule, idem pour les TGV. Des informations précises sont à retrouver pour chaque ligne sur le site internet de la SNCF. Celle-ci invite les personnes qui le peuvent à annuler ou reporter leurs déplacements, ainsi qu'à privilégier le télétravail. Dans les airs, en prévision des mouvements sociaux, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes, pour les journées des 7 et 8 mars, de réduire leurs programmes de vol de 30 % à l'aéroport de Nice. 

    • 8 h 15 : les terminaux méthaniers à l'arrêt pour sept jours

    Trois des quatre terminaux méthaniers qui permettent d'importer du gaz naturel liquéfié (GNL) en France ont été mis à l'arrêt pour "sept jours" lundi soir, a indiqué la CGT. L'arrêt de ces trois terminaux situés à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) pour deux d'entre eux, et à Saint Nazaire (Montoir-de-Bretagne, Loire- Atlantique) pour le troisième, bloque l'alimentation en gaz du réseau de distribution GRTgaz, le déchargement des navires méthaniers et le remplissage des citernes de GNL.

    • 8 h : le blocage est une "forme de chantage", pour la Confédération des PME

    "Le blocage est absolument scandaleux", a réagi le secrétaire général de la Confédération des PME (CPME) Jean-Eudes du Mesnil, qui a dénoncé  mardi sur franceinfo une "forme de chantage" qui n'est pas "admissible". Les syndicats ont appelé à mettre la France "à l'arrêt" ce mardi pour protester contre la réforme des retraites, à quelques jours d'une probable adoption du texte au Sénat.

    • 7 h 05 : la CGT annonce le blocage des expéditions de carburant 

    "La grève est partie partout, (...) avec des proportions de grévistes très variables en fonction des sites, mais avec des expéditions bloquées en sortie de toutes les raffineries ce matin", a assuré ce matin Eric Sellini, élu national de la CGT-Chimie. 

    •  7 h : plusieurs manifestations dans la région

    Plusieurs cortèges sont annoncés aujourd'hui dans la région.

    Avignon : 10 h 30, départ devant la préfecture ;

    Marseille : 10 h 30, départ sur le Vieux-Port, en bas de La Canebière ;

    Toulon : 10 h 30, départ place de la Liberté ;

    Draguignan : 10 h 30, départ devant la sous-préfecture ;

    Digne : 14 heures, départ place du général De Gaulle ;

    Gap : 10 heures, départ devant la préfecture ;

    Briançon : 14 h 30, départ devant la sous-préfecture ;

    Nice : 10 heures, départ Jardins Albert 1er.