Drame de la rue d'Aubagne : ce que l'on sait du projet de réaménagement de la "dent creuse"

À quelques jours des commémorations des cinq ans du drame de la rue d'Aubagne, qu'en est-il du projet d'aménagement de "la dent creuse", l'espace laissé ouvert après l'effondrement des immeubles des 63, 65 et 67 rue d'Aubagne ?

Le 5 novembre 2018, à 9h05, deux immeubles, les 63 et 65 de la rue d'Aubagne se sont effondrés. Le 67 a été déconstruit par précaution. Huit personnes ont péri sous les décombres. Depuis, les gravats ont été retirés et l'espace est vide. Que pourrait devenir cet espace ? Si l’option d'une reconstruction a vite été écartée, en faire un lieu de mémoire ou un lieu de vie reste à l’étude. 

Un lieu "simple et sobre"

La mairie du 1/7 avec les habitants, les familles de victimes et les associations se sont penchés sur la question.

L’emplacement des bâtiments 63 et 65 de la rue d’Aubagne reste un lieu symbolique pour les habitants du quartier. Un lieu de recueillement où sont déposées des fleurs ou des messages.

Sophie Camard a toujours insisté sur le fait que ce lieu ne doit pas être un "sanctuaire coupé du quartier, mais un lieu public, simple et sobre, commémoratif, mais permettant divers usages ouverts sur le quartier", comme exprimé par la contribution citoyenne.

La phase de réflexion a mené à un projet mêlant souvenir mais aussi lieu de vie.

Un projet transitoire et modulable

"Ces travaux, activement menés par la mairie du 1er secteur et animés par un collectif inter-associatif ont été le socle d’une nouvelle étape, indique la mairie dans un communiqué du 1er novembre, et ont donné lieu à l’émergence d’un projet commun : la création d’un lieu ressources ancré dans le quartier, s’implantant sur une partie des 63, 65 et 67 rue d’Aubagne".

"Le cahier des charges de ce projet d’un budget de 520 000 euros, prescrit une structure légère, modulaire, pouvant accueillir du public sur au moins 60% de la parcelle de 275 m²,avec un aménagement paysager des extérieurs", détaille La Marseillaise.

Cet espace pourra accueillir diverses activités et ne sera que provisoire en attendant le projet urbanistique global.

Le projet lauréat désigné au premier trimestre 2024

Pour ce projet, un appel à candidatures a été lancé par la Ville de Marseille. Le 24 octobre dernier, un comité de sélection d’une dizaine de membres composé d’élus, des familles des victimes, de représentants d’associations ayant participé à la contribution citoyenne et des habitants de la rue d’Aubagne ont retenu cinq équipes d’architectes et paysagistes amenées à concourir dans les prochaines semaines. Le projet lauréat sera désigné au premier trimestre 2024. 

Une réhabilitation totale du quartier prévue

Un vaste projet de réhabilitation du bâti ancien dégradé a été engagé dans le quartier de Noailles. Il a été confié à la Société Publique Locale d’Aménagement d’Intérêt National (SPLA-IN Aix Marseille Provence) dans le cadre d’un partenariat étroit entre l’État, la Métropole et la Ville de Marseille, mais aussi, en 2022, d’une concession attribuée par la Métropole à la SPLA-IN visant principalement la
production de logements sociaux dans le haut de la rue d'Aubagne.