Duoday : une journée pour sensibiliser au handicap en entreprise

Duoday : une journée pour sensibiliser au handicap en entreprise, comme ici à France 3 Provence-Alpes, le 16 mai 2019. / © France 3 Provence-Alpes
Duoday : une journée pour sensibiliser au handicap en entreprise, comme ici à France 3 Provence-Alpes, le 16 mai 2019. / © France 3 Provence-Alpes

Un Duoday pour casser les préjugés. Pour la première édition nationale du "Duoday" France 3 Paca a accueilli trois personnes en situation de handicap. Pendant une journée, en duo avec un professionnel volontaire, ils ont pu découvrir une entreprise et un métier.

Par GB / France 3 Provence-Alpes

C'est la première année que la formule Duoday est appliquée à l'ensemble du territoire. Pour rappel, le principe du Duoday est simple : une entreprise, une collectivité ou une association accueille, à l’occasion d'une journée, une personne en situation de handicap, en duo avec un professionnel volontaire.

Au programme de cette journée, la découverte d'un métier, une immersion en entreprise. Et surtout l'opportunité de changer de regard sur le handicap. Pour Adeline Santiago, qui a poussé les portes de France 3 Provence-Alpes, le bilan est plus que positif.

"Dans mon malheur c'est une chance, sans mon handicap, je n'aurais pas eu accès à France 3, et découvrir un métier, des métiers". Assistante administrative depuis plus de 5 ans, Adeline souhaiterait exercer dans le domaine de la communication. Un choix forcé par le destin. 

À 32 ans, la jeune femme a vu sa vie basculer le 19 mars 2010. Renversée par un scooter, Adeline est lourdement blessée. Bilan,une fracture bimalléolaire de la cheville droite. Avec son handicap, c'est aussi son rêve professionnel qui s'échappe.

Je suis toujours là, je suis toujours vivante.

"J'étais sportive, je faisais du basket, je n'en fais plus. Je voulais être gendarme, j'avais réussi le concours d'entrée mais il était désormais impossible pour moi de présenter l'épreuve sportive".

Malgré tout la jeune femme reste positive. "Je suis toujours là, je suis toujours vivante, alors j'avance".

Adeline avance, mais dans un parcours semé d'embuches, au premier rang desquelles : donner une nouvelle orientation à sa vie. Personnelle d'abord - "sans talon", explique-t-elle presque en souriant, "mais vous savez, c'est important pour une femme"; professionnelle ensuite et surtout, pour convaincre de futurs employeurs.

"Je me suis présentée à plusieurs emplois, sur mon cv je n'avais pas mis que j'étais RQTH (reconnaissance qualité travailleur handicapé, ndlr), explique Adeline. Mais quand en entretien je le disais, ça devenait plus possible, trop compliqué à mettre en oeuvre".

"Il faut que l'on soit reconnu comme travailleur handicapé, mais il ne faut pas que ce handicap soit un frein pour travailler dans une entreprise". C'est tout l'objet du Duoday… dépasser ses préjugés.  

Sur le même sujet

Les + Lus