La vidéo d'un enfant dans un congélateur signalé par les internautes, un homme interpellé à Marseille

La vidéo a fait l'objet d'un signalement par les internautes et l'auteur a été interpellé. / © police 13
La vidéo a fait l'objet d'un signalement par les internautes et l'auteur a été interpellé. / © police 13

Un homme a été interpellé ce jeudi à Marseille après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant un enfant dans un congélateur. L'auteur a été placé en garde à vue. L'enfant se porte bien. 

Par Annie Vergnenegre

La vidéo a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Elle a été signalée par des internautes, et son auteur rapidement retrouvé par la police et interpellé en fin d'après-midi jeudi, indique la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône (D.D.S.P.). 

On y voit un jeune enfant en couche culotte et peu vêtu, pleurant, assis dans un congélateur bahut. L'homme s'écrie en riant :  "Ah, mais qu'est-ce qu'il fait là lui?".

Parent de l'enfant, il affirme que c'était pour rire, précise-t-on de même source.
"Vous êtes nombreux à nous signaler cette vidéo de maltraitance infantile. Les enquêteurs de la plateforme Pharos sont mobilisés pour en retrouver les auteurs" indiquait la police qui demandait aux internautes de ne pas relayer cette vidéo.

L’enfant est en bonne santé. Une enquête a été ouverte confiée à la brigade des mineurs.

Signaler les contenus illicites sur internet

Une fois encore, la mobilisation des internautes a permis aux enquêteurs d'agir rapidement grâce à la plateforme PHAROS (Plateforme d'Harmonisation, d'Analyse, de Recoupement et d'Orientation des Signalements) qui permet de signaler en ligne les contenus et comportements illicites de l'internet.

Des policiers et des gendarmes sont affectés au travail de révification et d'enquêtes sur les contenus signalés. 

La police rappelle qu'il faut signaler les contenus illicites présents sur des sites, blog, forum, tchat, réseaux sociaux, etc: 
► pédophilie et pédopornographie
► expression du racisme, de l'antisémitisme et de la xénophobie 
► incitation à la haine raciale, ethnique et religieuse 
► terrorisme et apologie du terrorisme 
► escroquerie et arnaque financières utilisant internet

Les autourités soulignent également que ces contenus ne doivent pas être partagés, likés ou retweetés.
 

Sur le même sujet

Les + Lus