Des films d'animation créatifs et ludiques pour expliquer les gestes barrières aux enfants entre 3 et 7 ans

Un jeune studio d'animation de Marseille a fabriqué neuf petites vidéos pour expliquer les gestes barrières aux enfants de manière douce et créative. Cette campagne, qui s'inscrit dans une démarche citoyenne, a obtenu le partenariat de l'Unesco.

© Coeur d'ArtiFlo

Son arme face au Covid, c'est la tendresse. Les Loulous de Florence Prévost, alias Coeur d'Artiflo sont à croquer.

Elle les a créés au moment du déconfinement à la demande d'une amie directrice d'un centre de loisirs pour rassurer les enfants et leur apprendre comment se protéger. 

Se dire bonjour, tousser, bien se laver les mains.... les bons gestes à retenir, en s'amusant.

Les six affiches postées sur Facebook ont très rapidement été très largement partagées. Pour parvenir jusqu'à Alexandre Charlet, producteur des Films du Cygne et co-fondateur du Studio Animation à Marseille.

"Ma compagne m'a dit, est-ce tu pourrais imprimer ces affiches pour les montrer à Juliette (leur fille de 4 ans), raconte le producteur de films d'animation. En imprimant les affiches, je me suis dit, mais c'est trop mignon, le message est hyper simple, il faudrait les animer."

Alexandre Charlet a donné vie aux jolis minois de Coeur d'ArtiFlo. A partir des dessins, le Studio Animation de Marseille a fabriqué six petits films de 25 secondes, à télécharger gratuitement sur le site Lespetitsloups.tv.

Six films fabriqués dans l'urgence

"Comme on ne sait pas coudre, on ne peut pas faire des masques, mais on sait faire des animations, ajoute-t-il. L'idée, c'était de les faire au plus vite, d'être dans la même urgence que les besoins des équipes pédagogiques, que ce soit les écoles, les centres de loisirs."

"On a un univers graphique et des messages simples qui parlent aux enfants, dès la maternelle et primaire, entre 3 et 7 ans. Par exemple, tousse et éternue dans ton coude et danse le Dab, ça nous amuse et on sait que ça peut parler aux enfants".  

Une quinzaine d'animateurs ont planché en télétravail. Les films, en ligne depuis le 26 mai, ont déjà été téléchargés plus de 1 200 fois, et ont cumulé plus de 40 000 vues sur Viméo et Youtube.

Alexandre Charlet a co-fondé Le Studio d'Animation en août 2019.
Alexandre Charlet a co-fondé Le Studio d'Animation en août 2019. © Alexandre Charlet

Ce mardi, quatre nouveaux modules sont mis en ligne. Ils sont consacrés à la distanciation et le port du masque.

"On a eu pas mal de demandes de maîtresses qui nous ont rapporté que les enfants étaient effrayés, ils ne reconnaissaient pas leur maîtresse. L'idée, c'est d'être aussi capable de répondre aux demandes dans l'urgence".

Des versions dans toutes les langues

"C'est une initiative citoyenne, et on est partis la fleur au fusil sans se poser la question du financement, explique Alexandre Charlet qui a démarché la mairie de Marseille et les ministères de la Santé et de l'Education natianale, sans succès.

Pour boucler le budget, entre 20 et 25.000 euros, il a dû trouver d'autres partenaires et il a lancé une plateforme de financement participatif. Le producteur cherche encore des soutiens pour mener à bien ses nouveaux projets.  

Les films d'animation vont se décliner en version internationale pour tous les enfants du monde.
Les films d'animation vont se décliner en version internationale pour tous les enfants du monde. © Alexandre Charlet

Car la belle aventure continue, à l'échelle mondiale. Dès la semaine prochaine, tous les kits pédagogiques seront disponibles pour l'étranger.

Un partenariat avec l'Unesco

"On en est à faire des versions internationales, dans toutes les langues, j'ai réussi à obtenir le partenariat de l'Unesco pour la diffusion, parce que l'objectif de départ pour nous, c'est vraiment que ces films et ces affiches soient mis à disposition gratuitement."

Une version du site en anglais est également en préparation.  

Alexandre Charlet a co-fondé le Studio Animation de Marseille en août 2019. L'équipe participe actuellement à la finalisation d'un long-métrage "Même les souris vont au Paradis". A l'automne, la jeune société entrera en fabrication d'un film de Ron Dyens, avec sa société de production Sacre Bleu, "Le Royaume de Sirroco"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter